Articles par balises :Pouvoir

Préserver le pouvoir et l’Etat comme moyen d’intégration sociale : l’enjeu globale de l’élection présidentielle 2020 en Côte d’Ivoire.  0

Dans le brouhaha confus des clameurs, des émotions, des propagandes, il est nécessaire de prendre un peu de HAUTEUR RÉFLEXIVE et critique pour COMPRENDRE les ENJEUX d'une COMPÉTITION et d'une échéance électorale vitale.

Il faut déterminer, par la RÉFLEXION, la source de légitimité de ceux qui sollicitent le suffrage universel en Côte d'Ivoire.

Certes, le but apparent et évident de la lutte politique, c'est la conquête et l'exercice du pouvoir d'Etat. Tel est L'OBJECTIF IMMÉDIAT de tous les candidats déclarés ou potentiels dans une compétition électorale.

Lire plus …

Editorial. La part de Dieu dans le bonheur et le malheur des hommes.  0

Il est à espérer que la prière pour la paix à la Cathédrale d'Abidjan aide le PDCI-Bédié, le FPI et le RACI-GPS à modifier leur discours xénophobe, leur discours de guerre et leur logique d'insurrection. Il est à espérer que cette messe d'actions de grâce suscite, en ces politiciens, une conversion interne qui les transforme en acteurs de paix.

Certes Dieu fait des miracles.

Une chose est cependant certaine : Dieu a pourvu les êtres humains d'un libre arbitre et d'une raison pour que les hommes produisent, eux-mêmes, leur bonheur et leur vertu par leur pensée, leurs choix, leurs décisions et leurs actions.

Lire plus …

Éditorial. DÉMOCRATIE et RÉVOLUTION : deux formules antinomiques.  0

Il y a d'un côté la démocratie et les mouvements sociaux de revendication des droits fondamentaux.

Il y a de l'autre la dictature, la révolution et les mouvements de libération.

Ces deux formules sont antinomiques.

Lire plus …

Autocratie, injustice sociale et anti-développement.  0

Les régimes d’autocratie ethnique et confessionnelle, les pouvoirs d'avant-gardes insurrectionnels et soi-disant "révolutionnaires"  sont, par nature, incapables de générer  de la justice sociale, du développement humain, de la production et de la redistribution économique.

Lire plus …

Les Ivoiriens ne sont pas maudits et l’appel du sang n’est pas une fatalité.  0

Nous, Ivoiriens, ne sommes pas maudits comme s'interroge le journaliste Assalé Tiémoko qui s'inquiète des brutalités langagières à tonalité ethniciste et xénophobe allant crescendo à l'approche de la présidentielle 2020 .

Certes, l'intention profonde du journaliste Assalé Tiémoko n'est pas de dire que nous sommes maudits. Son intention est d'attirer l'attention publique sur le retour inacceptable et quasi permanent, depuis les années 1990, du monstre identitaire, qui rode  tel un fatum, à chaque temporalité électorale.

La problématique n'est donc pas de mettre en place des dispositifs techniques pour empêcher contextuellement le sang d'inonder à nouveau notre pays. La problématique est d'identifier la source humaine et temporelle de ce phénomène mortifère, de le dénoncer et de le traiter en ses racines pour en prémunir notre pays.

Lire plus …

Soro Guillaume ou la passion insurrectionnelle d’un imposteur, d’un renégat de la République et de la Nation. 1ère partie.  0

Le document audio de l’insurrection planifiée de Soro Guillaume contient un aveu stupéfiant de taille : l’ex-chef de l’Assemblée nationale avait choisi délibérément  de dénigrer le gouvernement afin de le délégitimer par le mensonge pour assouvir ses besoins de pouvoir absolu.

Il avait choisi, à cet effet,  de trafiquer et de déformer la réalité, de mentir aux Ivoiriens, de les manipuler pour les soumettre à son hubris. Il s’était pour cela doté  de deux armes  de destruction massives : des médias de propagande et de désinformation pour décérébrer les opinions publiques et asservir les esprits et des armes militaires pour capturer le pouvoir en détruisant au besoin  la cité, en réduisant en cendres une décennie d’acquis économiques, sociaux et politiques en matière de modernisation et de développement endogène.

Lire plus …

Présidentielle 2020 en Côte d’Ivoire : la question entêtante de la confrontation programmatique.  0

En démocratie l'opposition politique comme contre-pouvoir repose sur une expertise et une fondation rationnelle des dénonciations et des interpellations du pouvoir. Il n'est pas permis à l'opposition d'interpeller et de dénoncer le pouvoir sur le mode des humeurs du trottoir.

Lire plus …

Editorial. Infantilisation, tragi-comédie et personnalisation : le coupable détournement partisan du débat pré-électoral ivoirien.

L'abaissement du niveau du débat par certains partis et certaines fractions dans notre pays, son détournement  vers l’infantilisme, la personnalisation et la tragi-comédie sert à occulter les problématiques démocratiques centrales qui donnent à une élection présidentielle son sens sous ce régime.

Lire plus …

La synergie entre opposition et gouvernement en démocratie.

Le régime de démocratie pluraliste se caractérise par la synergie entre le gouvernement et l’opposition, entre un pouvoir et un contre-pouvoir qui s’affirment et se confirment réciproquement dans l’intérêt général et le bien commun de la cité. L’opposition, le contre-pouvoir démocratique, est le partenaire du gouvernement, du pouvoir et réciproquement.

L'opposition est dans le régime de démocratie pluraliste, un contre-pouvoir qui s’affirme comme tel en reconnaissant le gouvernement. Il n'existe pas d'opposition sans gouvernement et de gouvernement sans opposition. Il n'existe pas de contre-pouvoir sans pouvoir et de pouvoir sans contre-pouvoir.

Lire plus …

L’Appel de Daoukro : Une véritable escroquerie morale !

Ambroise Tiétié

Journaliste Professionnel

Au quotidien ivoirien Le Rassemblement.

On le subodorait, peu prou. Mais l’interview qu’il vient d’accorder  à un tabloid français, le quotidien Le Monde, pour ne pas le nommer, des mois après celle accordée, le 14 décembre 2018, au confrère France 24 à Daoukro, achève de convaincre de ce que certains n’osaient pas croire : la candidature du président du PDCI-RDA Henri Konan Bédié, 85 ans bien comptés, à la présidentielle 2020. Dès lors, l’on comprend désormais tout au fameux appel qu’il lança depuis ses terres, à Daoukro,  et qui fit tant jaser. Surtout au sein de son parti où de nombreux cadres dont Kouadio Konan Bertin ‘’KKB’’, Charles Konan Banny, pour ne citer que les plus médiatisés, organisèrent  la résistance contre l’Appel de Daoukro’’ jugé ‘’inopportun’’. A raison !

Lire plus …

Ce qui se cache sous « la thématique d’échec de la réconciliation nationale » en Côte d’Ivoire.

La dénonciation par les acteurs de la plate-forme de l’opposition ivoirienne  d'un prétendu échec du Président de la République à réconcilier les Ivoiriens est une récrimination corporative partisane. Ce n'est pas une demande globale de la société civile ivoirienne. Elle vient d'une partie de l'échiquier politique ivoirien.

Lire plus …

Retrait du RHDP, alliance avec le FPI, retour de l’ivoirité, etc. : Les mauvais calculs du PDCI-RDA

En retirant le PDCI-RDA du RHDP, le 08 août 2018, au sortir d’une audience que lui a accordée son cadet, le président Alassane Ouattara, le leader du vieux parti  Henri Konan Bédié ne se doutait certainement pas qu’il empruntait un chemin qui lui imposerait des sacrifices et qu’il devrait parfois surjouer son rôle de néo-opposant pour attirer le ‘’chaland’’ et faire nombre. Au risque d’être vite débordé par la coalition au pouvoir qui n’a finalement pas besoin de ‘’forcer son talent’’ pour convaincre les Ivoiriens de la pertinence de la vision du chef de l’Etat qui rêve d’une Côte d’Ivoire stable et rassemblée.

Lire plus …

La périlleuse logique instrumentale de Henri Konan Bédié en Côte d’Ivoire.

HENRI KONAN BÉDIÉ DÉVOIE ET INSTRUMENTALISE L'OPPOSITION COMME IL DÉVOIE ET INSTRUMENTALISE L'IDENTITÉ ETHNIQUE.

Henri Konan Bédié n'a pas démissionné du RHDP pour dénoncer un prétendu "recul démocratique dans plusieurs domaines de notre nation" comme il le dit faussement de manière mensongère.

Lire plus …

Suffit-il au politicien d’adopter une posture de justicier moraliseur pour détenir la clef de la justice sociale ?

L’analyse de la question sous une perspective anthropologique et morale.

Dans la gestion des affaires de la cité, suffit-il au politicien de dénoncer la corruption et d’en appeler à son éradication pour être crédible ? Les dénonciations et les imprécations moralisatrices d’un acteur ou d’un parti politique suffisent-ils à en faire un parangon de vertu et un détenteur des clefs de la justice sociale ?

Il s'agit là d'une problématique  anthropologique, morale et juridique complexe. Elle tient à la fois à l'usage interne et externe de la liberté. Au delà des institutions, la solution de la justice sociale repose, en premier lieu, sur la capacité des membres de la cité, des gouvernants et des gouvernés,  à être  physiquement affectées par des principes rationnels moraux et civiques, à vouloir être vertueux et justes.

Lire plus …

Savoir raison garder: les municipales d’Octobre 2018 en Côte d’Ivoire, un air d’examen blanc de la Présidentielle 2020.

Les municipales d’Octobre 2018 furent le test grandeur nature d’une échéance électorale décisive à venir. Elles préfigurèrent la présidentielle 2020. Les candidats compétirent en tant que porteurs d’un programme explicite ou implicite dont la nature en termes de préservation des libertés et des droits n’échappa pas à la perspicacité du peuple souverain ivoirien.

Lire plus …