Articles par catégoriesEducation

Pour éclairer le débat politique en Côte d’Ivoire : qu’est-ce que le libéralisme ?

Le RHDP, la coalition au pouvoir en Côte d’Ivoire est une coalition démocratique et républicaine d’obédience libérale. Son programme politique social et économique et son projet sociétal s’en inspirent. La critique de sa gouvernance par les partis d’opposition ivoiriens devrait donc s’effectuer  corrélativement aux principes de cette obédience. Pour qu’il en soit ainsi, les partis d’opposition se doivent d’affirmer clairement leurs obédiences idéologiques, leurs projets sociétaux et les catégories socio-professionnelles qu’ils prétendent représenter et servir. La constructivité de leur critique en dépend.  En démocratie multi-partisane, le respect du principe d’identité par tous  les acteurs de l’échiquier politique est un impératif juridique. Or force et de reconnaître qu’un flou préjudiciable à la clarté du jeu politique persiste sur ce plan en Côte d’Ivoire.  Bien malin celui qui pourra dire de quel type de socialisme se réclame le FPI de Laurent Gbagbo qui ,en ses divers courants, semble relever d'un mélange confus entre extrémisme identitaire de droite et extrémisme révolutionnaire de gauche. Bien malin aussi celui qui pourra dire de quel type de libéralisme se réclame le LIDER de Mamadou Koulibaly en tant qu’opposé au gouvernement libéral RHDP au pouvoir. Mes exhortations jusqu’à ce jour, quant à cette exigence capitale, sont restées lettre morte.  (Cf. « Partis politiques africains quels sont vos valeurs, vos idéologies et projets de société respectifs ? L’exemple de la Côte d’Ivoire ». Cedea.net Novembre 2012).

Lire plus …

UA-UE. Investir dans la jeunesse : une signification symbolique.

Au-delà de sa signification littérale économique, la thématique du 5ème Sommet UA-UE doit être aussi entendue dans sa signification symbolique. Elle en appelle à une transformation qualitative volontariste de nos corps politiques et à un changement social de fond. Ce changement qualitatif est requis par les évolutions internes et externes de notre environnement économique, social et politique. La jeunesse symbolise la vitalité, le dynamisme, l’énergie créatrice, l’inventivité, l’innovation, le renouveau, la durabilité. Elle s’oppose à la vieillesse qui évoque, au contraire le passé, la sclérose, la faiblesse, l’inefficience, l’obsolescence, la dégénérescence et la mort.

En appeler à investir dans la jeunesse pour un avenir durable, c’est en appeler symboliquement à revitaliser le présent, et à initier un nouveau commencement historique ; c’est demander de révoquer les structures et les logiques du passé pour initier un nouveau départ historique en matière de représentation du politique, de l’économique et du social ;

Lire plus …

La leçon ultime de Barack Obama. 2ème Partie

En vérité, ce fut parce que Nelson Mandela triompha de lui-même dans le combat interne de la vertu qui oppose, in foro interno, chaque Homme à lui-même, qu’il put triompher de l’Apartheid dans le combat externe, temporel  en résistant aux diverses tentations qui s’enracinent dans la finitude humaine et auxquelles nous cédons tous parce que, comme le dit l’Apôtre, « Tout homme a son prix pour lequel il se vend et s’achète ». La victoire de l’homme sur lui-même dans  le combat interne de la vertu  assure, en chacun,  la prépondérance  de la volonté de l’homme nouménal (Homo noumenon) qui est sans prix sur celle de l’homme phénoménal (Homo phenomenon) qui se vend pour de l’argent et pour des privilèges. Elle fait l’homme politique qui se conçoit en humilité comme représentant temporaire de la Nation, serviteur de la Patrie et symbole de valeurs qui transcendent infiniment sa personne particulière. Elle fait naître en chacun le citoyen qui se sait et se sent coresponsable de l’Autre dans la Cité. Elle créé le dirigeant politique, le chef d’Etat, qui se sait responsable suprême du bien-être de la cité et qui fait passer l’intérêt général de la société globale et les intérêts particuliers de la diversité sociale avant les siens propres. Ce triomphe de l’homme sur lui-même dans le combat interne de la vertu donne naissance au sentiment moral qui permet à chacun d’éprouver de l’aversion pour les actions détestables et de faire des universaux  les mobiles de  sa volonté individuelle, les principes subjectifs de ses actions.

Lire plus …

L’Afrique Noire risque-t-elle de perdre encore l’initiative en ce début du XXIème Siècle ?

En ce début du XXIème siècle, l’Afrique Noire  se retrouve  à nouveau à la croisée des chemins face à un choix historique dont dépendra son destin. Elle se trouve devant le chemin de la démocratie constitutionnelle représentative,  de l’initiative politique  et de la créativité économique  qui lui permettrait d’être désormais l’acteur autonome de son histoire ; c’est la voie  de l’émancipation individuelle et collective. Elle est aussi en face du chemin de la reproduction des schémas de domination, de prédation et d’atomisation   des individus et des collectivités  dans des dictatures et des autocraties ; c’est le chemin de l’inertie,  de la minorité et de la régression économique,  sociale et politique.

Lire plus …

Nelson Mandela ou le pouvoir du caractère

Le 15 décembre 2013 Nelson Mandela était rendu à la terre de ses ancêtres à Qunu. Le 5 décembre dernier, l’Afrique a commémoré le premier anniversaire de la mort de l’Homme de Qunu, survenue le 5 décembre 2013  ! Elle a célébré le héros de la lutte anti-apartheid et de la victoire de la liberté sur l’oppression et l’inégalité qui a inauguré l’entrée du continent dans l’ère de la démocratie. Mais comme l’atteste la résilience des autocraties et des politiques de prédation sur le continent, il semble qu’ait été oubliée la dimension d’exemplarité qu’incarna l’Homme de Qunu qui ne fut rien d’autre que le schème pratique de la vertu démocratique en Afrique.

Lire plus …

L’absence de débat politique avant la prochaine Présidentielle ivoirienne de 2015.

"Je tiens et je ne lâcherai pas, j’irai jusqu’au bout car est en jeu notre capacité à faire prévaloir sur l’émotion notre capacité de discernement, car je ne veux pas céder au courant patrimonialiste et messianique" ainsi s’exprimait récemment Affi N’guessan pour justifier son opposition à la candidature de Gbagbo. Affi N’guessan veut  faire prévaloir au FPI le discernement sur l’émotion afin de préserver le parti du danger patrimonialiste et messianique. « Bien vu et belle intention démocratique » jugerait un observateur impartial de la jeune démocratique ivoirienne !

Cette louable lucidité soulève cependant quelques questions car elle laisse sur sa faim celui qui chercherait à déterminer au FPI le projet de société qui justifie le rejet du patrimonialisme et du messianisme !

De quel courant idéologique se réclame Affi N’guessan au FPI ? Face au courant patrimonialiste et messianique, Affi N’guessan veut-il défendre un socialisme universaliste ? Prône-t-il un social-libéralisme ou une social-démocratie ? Se réclame-t-il du national socialisme ou de l’ethno-nationalisme ? Le FPI est loin d’être le seul parti où prévaut ce flou.

Lire plus …

Boko Haram utilise-t-il ses otages féminins comme explosifs humains ?

 

Les médias internationaux ont à peine rapporté la nouvelle du récent attentat suicide féminin qui,  après bien d’autres,  est survenu le samedi 29 Novembre 2014 dernier au Monday Market, un marché très fréquenté du centre de Maiduguri. Deux jeunes femmes ont fait exploser des bombes dissimulées sous leurs vêtements (burka) sans que la succession inquiétante de ces évènements inédits en Afrique n’ébranle la torpeur de la communauté internationale.  La vague d’indignation mondiale et la mobilisation  internationale  qu’avait suscitées l’enlèvement massif des lycéennes nigérianes par la secte islamiste boko haram  ont donc laissé étrangement place à l’indifférence alors même  que la multiplication des attentat-suicide féminins semble prouver que ces otages féminins sont maintenant massacrés au quotidien par les barbares qui les utilisent comme explosifs humains.

Lire plus …

Une nouvelle école pour changer la société dans les Etats africains au XXIème siècle

Comment changer de société dans les Etats africains en ce début de XXIème siècle? Cette problématique doit être abordée en jetant un bref regard rétrospectif sur le passé qui montre clairement que la question centrale du nouveau siècle est de parvenir à libérer le génie africain par de nouveaux modèles éducatifs qui permettent de sortir des schémas mentaux et des blocages d’un monde ancien, de dépasser l’ère des sociétés étatisées pour entrer dans de nouveaux modèles de sociétés structurés par l’autonomie, l’innovation, l’expression des diversités culturelles et la libre interaction des personnes et des collectivités.

Lire plus …

Les NTIC en Afrique et la problématique du changement des paradigmes par l’éducation numérique

 

I. L’instrumentalisation des NTCI en Afrique dans une nouvelle acculturation planifiée

II. Pour un usage innovant des NTCI en Afrique dans un projet de civilisation : l’exemple d’Aprélia

 

Lire plus …