Articles par catégoriesPhilosophie

Construire l’imperium de la pensée dans l’espace public pour conforter la démocratie en Côte d’Ivoire.  0

« On dit souvent que la force est impuissante à dompter la pensée ; mais pour que ce soit vrai, il faut qu’il y ait pensée. Là où les opinions irraisonnées tiennent lieu d’idées, la force peut tout. Il est bien injuste de dire par exemple que le fascisme anéantit la pensée libre ; en réalité c’est l’absence de pensée libre qui rend possible d’imposer par la force des doctrines officielles entièrement dépourvues de signification. A vrai dire un tel régime arrive encore à accroître l’abêtissement général et il y a  peu d’espoir pour les générations qui auront grandi dans les conditions qu’il suscite ».

Lire plus …

LA PIERRE REJETÉE PAR LES BÂTISSEURS, DEVENUE ANGULAIRE.  0

DIBI Kouadio Augustin

Professeur titulaire de Philosophie

Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody-Abidjan.

Le deuxième tour des élections présidentielles aura lieu dans quelques jours. Nous ne pourrons l’accueillir utilement et sereinement que dans la conscience d’une vérité élémentaire : 2 fait suite, de toute nécessité, à 1 comme le lieu de son enfantement, absolument incontournable. L’oubli de cette vérité a pour conséquence une marche qui n’est que piétinement, errance et ensablement de soi dans l’obscur, faute d’attention et de fidélité à ce qui, sans aucune voix, dans le moment premier, est venu nous faire signe pour se retirer et nous observer.

Lire plus …

L’autonomie de la pensée, source de la souveraineté du peuple en démocratie et bastion imprenable contre la désinformation.  0

L’autonomie de la pensée, la capacité de la personne à penser par soi-même, à être l’auteur absolu de ses choix, est le fondement ultime de la démocratie. Cette autonomie de la pensée, cette efficience de l’esprit critique est la condition ultime de la souveraineté du peuple.

Etre autonome et donc souverain c’est prendre de la distance critique par rapport à soi-même et aux divers déterminismes externes. Cette aptitude à la distanciation critique, considérée comme aptitude spécifique de l’être humain,  est le fondement de la Liberté et la condition de l’Egalité. Elle constitue le peuple comme entité morale et politique.

Lire plus …

LE RHDP : UN HOMMAGE AU PRÉSIDENT FELIX HOUPHOUET BOIGNY  0

 

Dibi Kouadio Augustin
Professeur Titulaire de Philosophie
Université Félix Houphouët-Boigny.

 La nature sait nous avertir par un signe précis, dans notre marche, qu’un pas radieux vient d’être accompli : ce signe, c’est la joie. La joie se distingue de la simple satisfaction. Gabriel Marcel souligne que la satisfaction se déroule entre quatre murs, dans ce qui est clos, tandis que la joie se déploie à ciel ouvert. A ciel ouvert ! De manière soudaine, quelque chose en effet n’est-il pas venu faire irruption dans l’instant afin de l’illuminer, dénouant par la même occasion de l’intérieur notre être et l’ouvrant subtilement sur l’immensité de l’horizon du monde ? Comment ne pas inscrire au ciel de la Côte d’Ivoire le lundi 16 juillet 2018 comme une date infiniment destinale ? Ce jour, il a été allumé le feu constituant  le RHDP en tant que Parti Politique.

Chacun de nous sait que notre pays vient vraiment de loin. N’a-t-il pas connu une crise qui a failli le défigurer de fond en comble pour lui confectionner un habit hideux ? Prévalait en effet un patriotisme instinctif, sans concept, fait de la bouillie du cœur, oubliant que la République est la communauté des hommes raisonnables, soucieuse de paix, de fraternité et d’ouverture sur l’universel. Si la Côte d’Ivoire, malgré cet enfoncement dans l’obscur, a pu rester debout, c’est qu’elle était assise sur des fondations solides, œuvre d’un grand bâtisseur, le Président Félix Houphouët Boigny. Dans un sursaut, des hommes se reconnaissant en lui et soucieux d’assurer l’héritage de son œuvre, se sont unis. A ceux qui ont des yeux pour voir, il suffirait, sans un grand effort, de les simplement ouvrir pour réaliser qu’en quelques années seulement, le pays s’est transformé grâce à cette alliance. Sans doute, tout n’est pas parfait. Ainsi que le dit Johann Gottlieb Fichte, « si tout était déjà comme il devrait être, on n’aurait même pas besoin de toi dans le monde, et tu serais resté tout aussi bien dans le sein du néant. Réjouis-toi de ce que tout n’est pas tel qu’il devrait être, d’avoir du travail et de pouvoir être utile à quelque chose ». Toute œuvre humaine est toujours à parfaire. Cependant, ce qui a été déjà réalisé ne manifeste-t-il pas en clarté sa propre évidence, comme la rose offrant en toute gratuité son parfum, ou la flamme d’une bougie dansant bellement dans le vent que seul pourrait refuser d’apprécier celui qui a perdu le sens de l’intimité silencieuse des choses ?

Pour parvenir à l’étape majeure de la constitution du Parti Unifié, il faut avouer que l’arc a été tendu depuis plus d’une dizaine d’années, et qu’il était temps de libérer désormais la flèche vers sa destination car, autrement, la corde risque de perdre de sa souplesse et de sa vitalité pour ne plus finalement pouvoir exercer le moindre mouvement. Il était opportun d’élever à l’effectivité l’Alliance des Enfants du Président Félix Houphouët Boigny en lui conférant substantiellement un corps sous la forme et le contenu d’un Parti Politique. Dans la situation actuelle des choses, comment ne pas reconnaître qu’il n’est pas de perspective autre que celle du RHDP pour assurer Stabilité, Force et Paix à notre pays, en vue d’un développement prolongeant le geste initié par son premier bâtisseur, en le portant encore plus loin et plus haut ?

Lors de l’Assemblée Constitutive du 16 juillet 2018, il a été affirmé dans l’unité du cœur et de la raison, avec Force, Sagesse et Beauté que la création du Parti Unifié vient dire les retrouvailles scellées des Enfants du Président Félix Houphouët Boigny, que l’union est toujours fructueuse et la désunion, dispendieuse, et que nous devons bâtir, non pour immédiatement tout consommer, mais dans le souci de léguer aux générations à venir les conditions d’une existence épanouissante, une Nation de paix, de justice et de solidarité. L’expérience de la vie nous enseigne combien reste gravé dans l’esprit et le cœur ce qui passe par les yeux et les oreilles. Les témoins de cette Assemblée au SOFITEL Hôtel Ivoire Abidjan ont pu réaliser avec beaucoup d’émotion que le RHDP est, au plus haut point, un hommage  à celui qui a su établir les colonnes et les assises de notre pays. Un hommage est l’expression de la mémoire du cœur voulant accueillir dans le temps qui passe, la trace profonde d’une présence qui s’est retirée en ne cessant, du même mouvement, de nous tirer à elle. Est-ce d’ailleurs un hasard si, sur ce point, le mot ECART a pour anagramme parfait TRACE ? Ce qui a été mis à l’écart est bien ce qui, à sa manière, laisse une trace que le temps ne saurait  effacer… Le Président Félix Houphouët Boigny s’est retiré de notre regard sensible depuis plus de deux décennies, mais il ne cesse d’être présent dans l’aventure historique de notre pays car dans le fond, nous ne ferons toujours que porter un coup de marteau de plus sur du fer qu’il a sagement forgé avant nous, et avec lequel un autre après nous labourera la glèbe.

Un point fort de cette Assemblée Constitutive a été d’entendre le Président de la  République dire qu’il faut œuvrer à transférer en 2020 le pouvoir à une nouvelle génération. Une personne animée d’un tel souci ne révèle-t-elle pas qu’elle a une vue haute et noble de la chose politique saisie essentiellement comme une manière d’être au service des autres, l’acte de nourrir de notre jeûne leur faim et de leur ouvrir la porte d’un avenir humainement accomplissant ? Une société qui n’a pas d’avenir à se mettre sous la dent ne pourra que tourner en rond, sur elle-même. Ne trouvant rien, elle sera condamnée à dévorer son propre présent jusqu’à se dévorer soi-même.

Le PDCI-RDA, ce grand Parti Politique qui nous a tous utilement nourris sans jamais se dévorer, sait que la source d’eau vive ne doit jamais être abandonnée au profit de citernes fissurées incapables de retenir l’eau. Il sait que seul le mauvais dattier va chercher le roseau stérile. Le Président Bédié, au plus profond de lui-même, ressent que le Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix est un beau cadeau que nous offre la bienveillance amicale du destin, afin que les raisons d’unir soient toujours plus fortes que celles de diviser et de séparer. Renouvelés, nous pourrons « forger, unis dans une foi nouvelle, la patrie de la vraie fraternité ». Alors notre pays, la Côte d’Ivoire sera à l’image de cette gerbe de blé dont parle le rêve de Joseph[1] qui, liée, se dresse et reste debout, entourée par d’autres gerbes s’inclinant devant elle.

 


[1] Genèse 37, 6-7

 

Lire plus …

La goujaterie du « philosophe distingué » Franklin Nyamsi.  0

Les attaques verbales perpétrées contre Mr Adama Diomandé un militant de la 1ère heure du RDR par Mr Franklin Nyamsi lors de la défense médiatique de son « Phénoménal Guillaume Soro » -un titre où la flagornerie le dispute à la servilité-, témoignent, s’il en était besoin de l’incapacité de « l’enseignant » à refréner ses pulsions avec son équerre pour se tenir en équilibre sur son estrade.

Marquées par le culte monstrueux de sa propre personne et celle de son chef, la jactance et les grossièretés récurrentes de Franklin Nyamsi soulèvent des questions. Avons-nous affaire à un philosophe, à un sage officiant en qualité de conseiller du Prince, ou à un GOUJAT et un SOPHISTE, officiant en qualité de GOUROU auprès d’un responsable politique ivoirien pour le plus grand malheur de notre pays ?

Lire plus …

LE RHDP, CE BEAU CADEAU DU DESTIN TOMBĒ PARMI DES PLANTES ĒPINEUSES

DIBI Kouadio Augustin

Professeur Titulaire de Philosophie,

Université Félix HOUPHOUËT BOIGNY de Cocody

LE RHDP, CE BEAU CADEAU DU DESTIN TOMBĒ PARMI DES PLANTES ĒPINEUSES

L’actualité politique, comme elle va dans notre pays, ne donne-t-elle pas à réfléchir ? Les choses se passent en effet comme si la pensée et la raison avaient été mises en vacances pour le règne de calculs n’ayant d’autre but que l’affirmation fiévreuse du MOI, dans l’oubli que la république est la communauté des hommes raisonnables, soucieuse de ce qui rassemble en vue du Bien…

Lire plus …

L’émergence : expression du mouvement de la substance libérée en concept.

Pr Augustin Kouadio Dibi

Professeur Titulaire de Philosophie

Université Félix Houphouët-Boigny (Côte d’Ivoire)

Actes du Colloque International « Emergence et Reconnaissance »

Bouaké. Août 2017.

Le terme « émergence » reçoit dans l’actualité de notre monde un usage tel que sa compréhension est présupposée évidente. Elle semble aller naturellement de soi. Nous tenons sa signification pour quelque chose de ferme, d’assuré, de bien connu. Hegel souligne que « ce qui est bien connu en général, justement parce qu’il est bien connu, n’est pas du tout connu » ! Il importe de quitter l’habituel, afin d’habiter de manière essentielle la réalité que recouvre ce terme.

Emerger dit un acte : celui de faire irruption, de surgir, de s’éveiller à un autre niveau proprement accomplissant. A travers ce terme, nous avons l’idée d’un jaillissement subtil et discret de l’intérieur vers l’extérieur, d’un paraître hors de soi, à la suite d’une patiente maturation. C’est l’acte de s’épanouir à l’extérieur à partir d’une intense intériorisation de soi. Emerge ce qui est parvenu à un état tel qu’il lui faut désormais passer à un autre plan, en laissant sa vérité intérieure se dire, se manifester. C’est par ce mouvement que quelque chose vient à l’existence.

Lire plus …

Côte d’Ivoire : La paix sociale, concorde ordonnée entre les parties de la cité.

Comment définir la paix des hommes? Qu’est-ce que la paix sociale ? « La paix des hommes, c’est la concorde ordonnée » dit St-Augustin dans le Livre XIX de son ouvrage  « La Cité de Dieu ». Il souligne que « la paix sociale, c’est entre les citoyens, la concorde et l’ordre de l’autorité et de la soumission ». Dans ce propos augustinien, la soumission ne signifie guère sujétion servile d’une personne à la force contraignante d’un tiers. L’autorité, comme le montrera Hannah Arendt, est un attribut personnel ou institutionnel immatériel qui renvoie à des valeurs et à des principes spirituels inconditionnellement reconnus autant par ceux qui commandent que par ceux dont la soumission est requise.

Lire plus …

La dialectique du moi et de l’Autre. Une contribution du Dr Sahidi Bilan de l’Université de Sunderlans. Londres

Dr.phil.Sahidi Bilan

Senior Lecturer Undergraduate.

 Programme Manager University of Sunderlans in London.

La dialectique du moi et de l’Autre

 La première partie de ce texte a révélé le rapport d’extériorité extrême dans lequel l’Afrique et l’Occident se trouvent. Le rapport d’assimilation de l’Afrique par l’imposition des modèles de développement économique et politique a conduit plus à l’éloignement des deux pôles qu’à leur rapprochement ou unification. Il nous semble que les deux pôles sont dans un rapport dans lequel la différence est devenue, pour ainsi dire, indifférente, parce que la différence est atrophiée. l’Autre est perçu comme une pure et simple extériorité et même frappé d’anathème.

Si la différence est ossifiée au point qu’elle semble n’être reliée à rien, parce qu’elle n’existe que pour soi-même, n’est-ce pas la solitude qui finit par s’installer, car l’indifférent est devenu amorphe, rigide. Dans cette solitude de l’indifférent, c’est la monotonie qui devient le décor. L’indifférent comme tel s’éclipse car il est tout et il n’est rien à la fois. Ceci est aussi valable à l’autre pôle de la relation, c’est-à-dire le moi ou l’ego. En d’autres mots, si le moi est absolument un moi, ce qu’il a perdu la détermination d’être un moi. Pareillement, si le diffèrent, c’est à dire l’Autre est complétement différent, Autre, il n’est alors plus un différent.

Lire plus …

La démocratie libérale à l’épreuve en Afrique Noire.3ème partie. Les enseignements du modèle japonais.

Les enseignements du modèle japonais.

 Dans les pays de tradition holiste,  où la dynamique de l’histoire a imposé la démocratie libérale en qualité de régime politique   à un moment donné, un certain volontarisme progressiste patriotique  des élites est nécessaire pour s’en approprier l’esprit. Ce choix pragmatique ne signifiant guère capitulation politique et acceptation passive d’une acculturation étrangère, cette indispensable appropriation de la dimension substantielle de la démocratie libérale permet de mettre les potentialités émancipatrices de ce régime au service des besoins spécifiques de la nation. Le volontarisme démocratique modernisateur de l’élite japonaise de l’ère Meiji et bien plus tard, de la période d’occupation américaine qui a vu la modernisation du Japon,  constitue un exemple historique de cette réappropriation culturelle féconde d’un apport étranger. Cette modernisation s’opéra par le haut et fut le fait des élites qui, tout en en préservant l’identité culturelle du peuple japonais, adoptèrent la démocratie libérale et les techniques occidentales et procédèrent à une refonte globale des structures du pays pour le mettre au niveau des impératifs des temps nouveaux.

Lire plus …

L’Afrique du sud, l’espérance brisée de l’Afrique Noire. (2ème partie)

La solution de Jacob Zuma est-elle crédible ?

La maladie de la démocratie sud-africaine, dont la xénophobie est le symptôme, est la crise de la représentation politique des intérêts des populations. La crise de la représentativité résulte de la dérive oligarchique de la classe politique. Elle survient quand cette dernière se met au service de ses propres intérêts, se coupe de la société qu’elle utilise comme ressource politique. La représentation politique des intérêts de la diversité sociale que la démocratie électorale représentative permet de satisfaire est bien souvent dévoyée en Afrique Noire. La représentativité démocratique s’y conçoit, bien souvent, comme incarnation politique d'une identité  ethnique ou confessionnelle.

L’Afrique du sud se conçoit aujourd’hui, plus comme une nation zouloue que comme une nation citoyenne constituée par l’unité de la pluralité des peuples sud-africains. Paradant dans ses vêtements traditionnels et ses peaux de léopard au cours de cérémonies folkloriques, Jacob Zuma se veut l’incarnation de l’identité politique de la communauté majoritaire zouloue. La légitimité de la classe politique dirigeante sud-africaine se définie, dans ce cas, relativement à une légitimité de type ethnique. Le discours politique devient ainsi un discours d’affirmation identitaire tombant dans la démagogie populiste. On en arrive alors facilement au discours de la défense d’une identité communautaire menacée par l’invasion des étrangers ; discours qui potentialise les effets délétères de la discrimination économique du plus grand nombre!

Lire plus …

L’Afrique du sud, l’espérance brisée de l’Afrique Noire.

La solution de Jacob Zuma contre  la xénophobie est-elle crédible ?

Le président sud-africain Jacob Zuma s'est engagé le mercredi 15 avril dernier à combattre la xénophobie, relatent les journaux. Après la semaine d’émeutes xénophobes, le président Jacob Zuma a promis de s'attaquer aux racines du mal."Les Sud-Africains ne sont pas xénophobes", a-t-il assuré. "Si nous ne traitons pas les problèmes sous-jacents, cela va recommencer!", a-t-il dit.

 Comment compte-t-il alors s'attaquer aux "racines du mal" xénophobe?  En luttant contre « la culture de la violence héritée de l'apartheid " explique-t-il. Au plus fort de la semaine des agressions xénophobes, le président Zuma avait déploré que la culture de la violence, héritée du régime ségrégationniste de l'apartheid, n’ait pas été assez combattue lors de l'avènement de la démocratie. "En Afrique du Sud, nous avons eu un système nommé apartheid, qui était très violent. Pour l'abattre, nous avons dû être très violents aussi. Cette culture n'a pas été prise en compte", a-t-il dit. « Dans l'euphorie de l'arrivée de Nelson Mandela au pouvoir en 1994, nous avons adopté une Constitution excellente et nous avons cru que cette Constitution, ce document, allait résoudre le problème". "Grave erreur", a ajouté le chef de l'Etat sud-africain.

Lire plus …

La maîtrise de la bataille politique, condition de la victoire du RHDP en Octobre 2015

En dehors de tout parti pris idéologique ou affectif, le souhait  du  bon sens commun est que le candidat du RHDP remporte l’élection à la Présidentielle d’Octobre 2015 pour une raison toute simple : le bilan économique social et politique du FPI et de ses alliés en dix ans de pouvoir a été catastrophique et terrifiant. Battu dans les urnes en décembre 2010, le FPI a pourtant refusé de s’amender politiquement. Il a refusé de se livrer à une autocritique pour repenser et redéfinir ses objectifs politiques et économiques afin de les réorienter selon une perspective républicaine. Il a refusé de jouer sa partition dans la production du bien commun et du service de l’intérêt général. Il s’est arc-bouté sur un refus irrationnel global du gouvernement élu arguant jusqu’à ce jour, contre tout bon sens politique, avoir été exproprié d’une imaginaire victoire.

 Le FPI demeure, dans la mémoire de la majorité des Ivoiriens, comme un épouvantail effrayant auquel sont associées les images de violence, de guerre  de mort, de corruption, de brutalité, d’intolérance, de division, de  dictature, de régression économique, sociale et politique, de médiocrité et d’incompétence. Son prétexte d’avoir été empêché de gouverner et d’appliquer son programme par des rebellions et des séditions organisées par des puissances hostiles ne saurait nullement être reçu.

Lire plus …

A Achille Mbembe. Ce n’est pas le peuple de Mandela qui devient fou. C’est L’ANC

Non!  Monsieur Achille Mbembe !   Ce n'est pas le peuple de Mandela qui devient fou! C'est l'ANC au pouvoir en Afrique du sud qui a trahi l'héritage de Mandela et qui devient fou. C'est l'ANC au pouvoir en Afrique du sud  qui a trahi l'héritage de Mandela (cf. Notre article « Nelson Mandela ou le pouvoir du caractère » décembre 2015)  en s'accaparant le pouvoir politique et en partageant le pouvoir économique avec les Blancs au détriment du petit peuple  noir sud-africain. C'est cet ANC qui détourne la colère du petit peuple spolié sur les boucs émissaires "étrangers".

 Ciril Ramaphosa, un des compagnons de route de l’ANC de la dernière heure, est devenu l'un des hommes les plus riches d'Afrique du sud sans compter une pléthore d'autres tandis que le petit peuple,  sur lequel ces oligarques sud-africains noirs  n'hésitent pas à faire ouvrir le feu comme en témoigne le massacre de mineurs en grève, crève la dalle !

Monsieur Achille M'bembe vous qui aviez déménagé avec armes et bagages au pays de l'anticolonialisme et du panafricanisme triomphant, porté au pinacle en Afrique Noire , vous devez maintenant avoir le courage de tourner votre critique contre cette élite prédatrice noire qui est en train de sucer le sang du petit peuple sud africain et qui en détourne la colère vers les boucs émissaires « étrangers » ! Ne vous contentez pas d'une condamnation générale! Parlez plutôt de la responsabilité de Jacob Zuma, de ses châteaux, de cette bourgeoisie de parvenus noirs tous membres de l'ANC qui, indifférents à la misère du plus grand nombre, s'empiffrent. Brocardez ces rois traditionnels qui furent des collaborateurs zélés du pouvoir blanc sous l'apartheid et qui en appellent aujourd’hui à l’expulsion des étrangers noirs ! Parlez de la dérive oligarchique des compagnons de Mandela ! Parlez de leur goût immodéré  pour l’ostentation dans une Afrique du sud plus inégalitaire que jamais. Parlez de  Jacob Zuma et de son prédécesseur Thabo Mbeki qui avaient tous les deux  dépêché aux portes  d’Abidjan une flotte surarmée pour soutenir et défendre l’imposture et la violence meurtrière de Laurent Gbagbo un autre « anticolonialiste » et « panafricaniste » xénophobe qui sévissait en Côte d’Ivoire. Pour ce qui nous concerne nous n'avons jamais été dupes de l'esbroufe « panafricaniste » et « «anticolonialiste » de ces prédateurs qui ont oublié leur origine, les townships,  aussitôt le pouvoir d'Etat dans leurs mains. Ils ont commencé à se remplir le ventre et les poches  au détriment du peuple noir  et à trahir l'héritage de Mandela avant sa mort.

Comme hier en Côte d’Ivoire, les « étrangers » en Afrique du sud, aujourd’hui, ne sont que les boucs émissaires et les victimes expiatoires d’une politique locale de prédation qui s’appuie sur un système  endogène de domination dont nous  révélerons bientôt l’architecture. Le petit peuple qui s’engage dans ces ratonnades meurtrières est un peuple manipulé et instrumentalisé par des politiciens sans foi ni loi.

<>

De Abdoudramane Sangaré à Affi N’guessan : le culte sectaire du chef fétichisé.

Le 13 Mars 2015, le gardien du temple FPI  Abdoudramane Sangaré a, sans ambages, identifié Laurent Gbagbo à un idéal, à une valeur, à une pure forme. « Laurent Gbagbo ce n’est pas un nom, c’est un comportement, un idéal des valeurs », a-t-il déclamé dans cette phrase stupéfiante qui pastichait maladroitement l’incipit républicain  de Félix Houphouët Boigny « la paix ce n’est pas un mot. C’est un comportement ». Dans le leitmotiv houphouëtien, une valeur transcendante, « la paix », exigeait des êtres finis et limités des efforts permanents pour s’élever à la hauteur d’un principe infini et éternel.  Dans le propos du gardien du temple FPI, un être humain limité et fini est identifié à une valeur transcendante, à un idéal immortel. Un individu particulier, avec ses défauts et ses limites, est identifié à une valeur. Cette identification confère une valeur normative aux imperfections et aux limites de cet individu qui est donc fétichisé. Cette fétichisation, qui anéantit la transcendance et la valeur, brise la volonté et abaisse la manière de penser.

 Le 11 avril dernier, Affi N’guessan déclarait dans la même veine, avec une tonalité emphatique, que Laurent Gbagbo est « le père de la démocratie ivoirienne, » le géniteur dont l’arrestation qui suscite l’interrogation et l’inquiétude des démocrates à travers le monde «a fait reculer le pays ». Depuis le 11 Avril 2011, l’arrestation et l’incarcération du démiurge, créateur et détenteur de la démocratie, auraient provoqué en Côte d’Ivoire selon Affi N’guessan, une régression démocratique, un clivage social, une dégradation des conditions de vie et une paupérisation de la population. Il en ainsi parce que Laurent Gbagbo concentrerait, en sa personne, toute la force émancipatrice de la démocratie. Il est la démocratie. Il est identifié à la forme politique elle-même.

Lire plus …