Articles par balises :Economie

La démocratie est déterminée par l’éthique du respect.  0

La démocratie est déterminée par l’éthique du respect qui commande de considérer l’être humain, toujours comme une fin en soi et jamais simplement comme un moyen. C’est le fondement des droits de l’homme qui ne sont que les obligations inconditionnées de chacun envers autrui  considéré comme fin en soi.

Lire plus …

La nécessaire réhabilitation de la figure de l’étranger dans les États multi-ethniques post-coloniaux d’Afrique.  0

L’étranger : une arme de combat politique en Afrique.

Dispositif stratégique destiné à garantir les rapports de reproduction sociale,  à empêcher la diffusion de l’économie marchande dans le reste de la société, instrument de  contention du capital dans la sphère du pouvoir, bête de somme ou prête-nom, l’étranger fut utilisé à la fois comme capital économique et instrument de lutte politique par les classes dirigeantes des royautés et des empires de l'Afrique précoloniale. (Cf : « Les causes endogènes de la pauvreté de masse en Afrique noire 3ième  partie ». cedea.net, 15  Décembre 2015).

Lire plus …

Le forum du débat d’idées et de la confrontation programmatique : un impératif de la démocratie pluraliste.  1

La vie démocratique implique l’existence d’un forum du débat sur les grandes questions sociétales et programmatiques avant que les électeurs ne tranchent dans les urnes.

On ne peut pas parler de souveraineté du peuple et de liberté de choix quand les électeurs vont aux urnes sans être informés des programmes économiques, sociaux et politiques des candidats qui briguent leurs suffrages.

Lire plus …

LA PROBLÉMATIQUE CENTRALE DE LA GLOBALISATION ÉCONOMIQUE MONDIALE ET LA CÔTE D’IVOIRE.  0

Les Ivoiriens devraient se garder de l'illusion des solutions faciles et immédiates.

L'explosion des problématiques sociales, dans le monde entier, tient à une seule chose: l'économie mondiale qui était auparavant nationale et régulée par des institutions nationales, est désormais devenue internationale et globale dans le processus son auto-développement tandis que les institutions de régulation de cette économie sont restées nationales.

Lire plus …

Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié sont-ils réconciliables ?  0

La problématique de la réconciliation Alassane Ouattara/ Henri Konan Bédié n'est pas personnelle. Elle est politique et a trait à la conciliation de visions manifestement antinomiques.

La réconciliation de ces deux visions dépend d’un acte de liberté interne qui modifie un choix comme je le montre dans la dernière partie de cette contribution. Elle doit être scellée dans l’alliance normative volontariste de l’identité ethnique et de la rationalité économique qui définit l’houphouëtisme et représente le fondement du consensus politique ivoirien. Cette alliance est une valeur. Elle est le creuset de l’unité politique de notre pays.

Lire plus …

Les deux dimensions du processus d’intégration nationale.  0

Un processus d’intégration nationale comporte deux dimensions : une dimension économique et une dimension politique.

Le génie de Félix Houphouët-Boigny comme bâtisseur de Cité  résida en son aptitude à savoir combiner ces deux dimensions. Le régime de démocratie pluraliste invite à perfectionner cette combinaison.

Lire plus …

La Côte d’Ivoire, théâtre du combat entre force d’inertie et force du changement en Afrique?  0

Briser la force d'inertie, promouvoir la force de changement, soutenir le pouvoir d'historicité et d’initiative  des peuples et des individus,  devrait être le programme de l'élite africaine en ce 21 ième siècle.

Le continent africain est caractérisé par la tendance des élites à maintenir l'ordre établi, à résister aux facteurs de changement, à renforcer les systèmes de contrôle de la société, à imposer un mode de penser unique, à réprimer les initiatives individuelles, à installer un pouvoir tutélaire.

Lire plus …

Ce que sont, la démocratie et le débat démocratique.

L’inénarrable Franklin Nyamsi, le  "conseiller spécial " du chef du Parlement ivoirien, qui choisirait pour les Ivoiriens une démocratie déclamatoire de « leader générationnel » dirigée par un mâle alpha dominateur entouré d’une cour de griots laudateurs, n'a pas compris que la démocratie est le régime de la raison publique et de la maturité d’un peuple en quête de développement endogène et d’intégration nationale.

Il n’a pas compris que la démocratie est une médiation politique permettant de transformer l'économie de marché en développement endogène.

Ce « conseiller » spécialisé dans la démagogie et le verbalisme creux, sans repères et sans mémoire,  n’a pas compris (mais en a-t-il la capacité morale cognitive) que la démocratie c’est l’articulation négociée d’un programme économique et d’un programme politique inclusif destinée à réaliser l’intégration nationale de la pluralité sociale.

La démocratie permet de remplir cet office par la vertu de la séparation des pouvoirs (que nie le trio autocratique Bedié-Gbagbo-Soro) tout simplement parce que les asynchronies du couple investissement/redistribution et le changement social se gèrent efficacement par le dialogue social et la négociation au sein d'un système politique autonome à équidistance entre la société civile et l'Etat.

Le débat démocratique c'est à la fois le dialogue social, la confrontation constructive des différentes représentations du bien commun, la négociation des compromis entre les intérêts divergents des différentes catégories socio- professionnelles et collectivités de la société civile. Telle est la nature du débat démocratique.

 La démocratie ce n'est pas le blablabla et le discours vide et démagogique des faux intellectuels et des faux philosophes tels Franklin Nyamsi. La démocratie, ce n'est pas la lutte sauvage pour la capture du pouvoir d'Etat à laquelle s'adonnent les idolâtres du pouvoir tels le trio Bédié-Gbagbo-Soro à coup de discours populistes, d'appels au séparatisme ethnique, d'incitation à la haine inter-ethnique et au crime, de discours xénophobes, de stigmatisation de catégories de la population nationale. La démocratie, ce n'est pas l'appel démagogique à une "réconciliation" nationale entendue comme partage des dépouilles de l’État par des complices en prédation. La démocratie, ce n'est pas le culte débridé de la personnalité, la recherche d'un mâle alpha dominateur et roublard.

Le peuple majoritaire ivoirien et certains de ses acteurs politiques les plus représentatifs réunis au sein du RHDP l'ont compris. Ils ont compris que la démocratie est une médiation permettant de transformer l’économie de marché en développement endogène au sein du dialogue social et de la négociation des compromis. Ils agissent et votent dans ce sens pour réaliser ce projet. La majorité électorale continue du RHDP depuis Décembre 2010 tend à prouver que le peuple ivoirien, en quête de développement endogène et d’intégration nationale consacre dans les urnes la légitimité d'administration de cette formation politique.  

Quel nationalisme dans les États postcoloniaux d’Afrique au sud du Sahara?

Considérons, en perspective,  le cas emblématique de la Côte d'Ivoire, pour analyser cette problématique générale. En ce pays qui se caractérise par sa diversité ethnique et confessionnelle, les thématiques du nationalisme, de la défense d’une identité culturelle et d’une souveraineté nationale menacée par une invasion étrangère et par les intérêts du capitalisme financier international, occupent la scène de l’affrontement politique depuis les années 1990.

Lire plus …

L’intégration nationale et le développement économique : le programme du RHDP en Côte d’Ivoire.

La conquête du pouvoir d’État n’est pas la fin en soi de la lutte politique et les partis politiques n’ont pas été créés pour permettre aux acteurs politiques de prendre le pouvoir. C’est, au contraire, l’intégration nationale de la diversité des populations du territoire de l’Etat et le service de leurs intérêts sociaux qui est la fin ultime de la lutte politique. La légitimité des partis politiques, des prétendants à l’exercice de mandats électifs et à la conquête du pouvoir d’État s’évalue relativement à ce projet politique ultime d’intégration nationale. Leur légitimité est déterminée par la crédibilité rationnelle des programmes et des projets de société qui permettent d’y parvenir.

Lire plus …

Le chiffre secret de la méthodologie politique de Félix Houphouët-Boigny.

Dès que l’indépendance de la Côte d'Ivoire fut conquise, le projet du PDCI-RDA sous la direction de Félix Houphouët-Boigny, devant la tâche du développement, fut de décider d’unifier politiquement les particularismes ethniques et confessionnels du territoire ivoirien à travers la modernisation économique. Ce fut d’identifier le développement économique au processus de construction d’un Etat-national par intégration économique et politique du territoire. Félix Houphouët-Boigny s’aperçut de l’intrication de la problématique du développement et de la problématique de la nation.

Lire plus …

Nos urgences politiques et notre cahier de charge en Côte d’Ivoire et en Afrique à l’ère de la mondialisation.

L’impératif de renforcer en Côte d’Ivoire le processus de construction de l’État national ivoirien par la modernisation économique et sociale, de rejeter le nationalisme communautaire et le populisme, forces de division et de désintégration nationale, de régression économique et politique, doit être envisagé sous la  problématique continentale ci-dessous énoncée.

Lire plus …

Qui est, de nos jours, l’héritier de l’houphouëtisme en Côte d’Ivoire?

Quel est l’héritage politique légué aux Ivoiriens par le père fondateur de la Côte d'Ivoire moderne que le PDCI-RDA se devait de préserver et de renforcer? Était-ce un nationalisme modernisateur articulé par les principes républicains et démocratiques de citoyenneté, de respect de la diversité sociale et de dialogue des cultures? Était-ce un nationalisme antimoderne articulé par l'ethnicité et le refus de la diversité sociale et culturelle ? Quelle force politique est aujourd’hui, en Côte d’Ivoire, dépositaire de l’houphouëtisme par le discours  et les pratiques politiques?

La problématique de l'héritage politique de l’houphouëtisme et la question de la force politique qui en est la garantie en Côte d’Ivoire doivent donc être analysées et évaluées réflexivement.

Lire plus …

La séparation des sous-systèmes sociaux, condition du développement endogène en Afrique au XXIème Siècle.

Refonder économiquement nos corps sociopolitiques, séparer leurs ensembles structuraux, transformer la politique en opérateur d’égalité et de liberté au moyen de la démocratie pour construire le développement endogène, tels sont les chantiers qui permettront aux Etats d’Afrique sub-saharienne de surmonter les blocages internes qui affaiblissent leur historicité.

Nos corps socio-politiques modernes demeurent encore, malgré les apparences, commandés de l’intérieur par le modèle structural des sociétés traditionnelles caractérisé par l’indifférenciation de l’économique du politique, du judiciaire, du religieux et du familial.

Lire plus …

Côte d’Ivoire: le parti unifié RHDP n’est pas remis en question.

Le RHDP Parti unifié n’est pas remis en question parce que ce bloc libéral, version ivoirienne du front républicain qui protège les démocraties contre le péril nationaliste et populiste, est à la fois, un impératif politique et un impératif économique en Côte d’Ivoire. Déchiré entre son aile démocratique et son aile nationaliste et populiste, comme l’atteste la déclaration surprenante d’un Henri Konan Bédié manifestement sous pression, le PDCI doit se déterminer comme partie prenante à part entière du RHDP, Parti unifié. Le propos du chef du PDCI ne remet pas en question la légitimité de cette formule politique en Côte d’Ivoire.

Depuis les expériences totalitaires du XXème siècle, le modèle du bloc libéral,  une variante du front républicain, a été éprouvé dans les démocraties pluralistes  comme étant l’un des dispositifs politiques les plus efficients, permettant de préserver la République contre le péril nationaliste. La nécessité politique du RHDP, Parti unifié, reste donc d’actualité en Côte d’Ivoire.

Lire plus …