Les deux dimensions du processus d’intégration nationale.  0

Un processus d’intégration nationale comporte deux dimensions : une dimension économique et une dimension politique.

Le génie de Félix Houphouët-Boigny comme bâtisseur de Cité  résida en son aptitude à savoir combiner ces deux dimensions. Le régime de démocratie pluraliste invite à perfectionner cette combinaison.

La dimension économique du processus d’intégration nationale consiste à construire les infrastructures pour relier et unir les collectivités  éparses de la cité. Celle-ci est l’analogue d’un organisme vivant. Les équipements publics permettent de rassembler les membres de la société. A travers le commerce et les échanges s’établit une étroite interdépendance entre les parties de la cité. Les infrastructures, les routes et les ponts sont, en cela, comparables aux vaisseaux sanguins. Ils relient les parties de l’organisme social par le fluide vital des échanges multiformes qui permettent de satisfaire les besoins existentiels de ses composantes.

La dimension politique du processus d’intégration nationale consiste, quant à elle, à supprimer les antagonismes qui divisent la cité, à mettre fin aux luttes qui la déchirent intérieurement. Toute société humaine est par essence traversée par des contradictions et des conflits irréductibles.  Son unité politique, dans l’Etat moderne  se construit par la discussion, le dialogue et le compromis. Ces médiations  permettent résoudre les conflits internes d’intérêts et de points de vue, d’inclure les diverses parties et d’instituer un ordre qui peut être ressenti comme juste par les membres de cité. C’est par la médiation de la démocratie que se réalise cette intégration politique. A travers le dialogue, la reconnaissance réciproque des altérités, des intérêts et des points de vue la démocratie  développe les solidarités à l’intérieur du corps social. Elle construit entre ses membres un véritable lien et un sentiment d’appartenance commune.

Félix Houphouët-Boigny sut combiner ces deux dimensions du processus d’intégration nationale dans l’Etat mobilisateur de parti-unique. Le régime de démocratie pluraliste invite à perfectionner cette combinaison pour construire l’Etat national ivoirien.

   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*