Articles par balises :Désinformation

Présidentielle 2020 en Côte d’Ivoire : pour une campagne mature et responsable conforme à l’éthique démocratique.  0

Les Ivoiriens ont le droit d’attendre de leur opposition politique, une campagne électorale mature et responsable centrée sur la confrontation programmatique et sur le débat sociétal.

Cette campagne de responsabilité civique devrait remplacer la campagne immature, incivique et infantile centrée sur la stigmatisation délibérée, la diffamation et le dénigrement populiste du gouvernement dont "le scandale Guikahuié" est l’illustration emblématique.

La stratégie dangereuse de meute tribale, mélange détonant d’ostracisme communautaire, d’intoxication psychique et d’agit-prop dans la pure tradition des partis autocratiques et fascistes devrait être résiliée au bénéfice d’une opposition démocratique, républicaine  et citoyenne.  

Lire plus …

Soro Guillaume ou la passion insurrectionnelle d’un imposteur, d’un renégat de la République et de la Nation. 1ère partie.  0

Le document audio de l’insurrection planifiée de Soro Guillaume contient un aveu stupéfiant de taille : l’ex-chef de l’Assemblée nationale avait choisi délibérément  de dénigrer le gouvernement afin de le délégitimer par le mensonge pour assouvir ses besoins de pouvoir absolu.

Il avait choisi, à cet effet,  de trafiquer et de déformer la réalité, de mentir aux Ivoiriens, de les manipuler pour les soumettre à son hubris. Il s’était pour cela doté  de deux armes  de destruction massives : des médias de propagande et de désinformation pour décérébrer les opinions publiques et asservir les esprits et des armes militaires pour capturer le pouvoir en détruisant au besoin  la cité, en réduisant en cendres une décennie d’acquis économiques, sociaux et politiques en matière de modernisation et de développement endogène.

Lire plus …

L’AVENTURISME SORO GUILLAUME EN CÔTE D’IVOIRE: une STRATÉGIE CONCERTÉE de DIVERSION ET DE CAMOUFLAGE.  0

L'AVENTURISME SORO GUILLAUME est une STRATÉGIE CONCERTÉE de DIVERSION ET DE CAMOUFLAGE fomentée par un quatuor informe de loosers politiques en Côte d'Ivoire.

La manœuvre foireuse de déstabilisation de la République ourdie par le chef du RACI-GPS semble obéir à un quadruple objectif stratégique:

1. Créer du bruit pour détourner l'attention de l'opinion nationale et internationale hors des succès du gouvernement en matière de politique d'intégration nationale et de développement endogène. C'est aussi trivial que cela.

2. Tenter de salir ce bilan par la démagogie au viol des droits fondamentaux et constitutionnels des citoyens et de l’opposition.

3. Dissimuler par ce bruit l'échec programmatique en matière économique politique et sociale du PDCI-Bédié, du FPI-Gbagbo, du RACI-GPS, d’EDS et des micros partis affiliés.

4. Tenter, au moyen de la démagogie, de la propagande et de la désinformation, de légitimer par ce bruit, par cette confusion des repères et par cet écran de fumée, la prétention autocratique des membres du quatuor .
Le PDCI-Bédié s'était doté à cet effet d'un SÉCRETARIAT DÉDIÉ à la PROPAGANDE. Il ne faut pas l'oublier.

Lire plus …

Affaire ‘’la Côte d’Ivoire surendettée’’ : Quand Bédié étale sa mauvaise foi.  0

Ambroise Tiétié

Journaliste professionnel

Au Rassemblement (Quotidien Ivoirien)

Dans l’une de ses déclarations controversées, le président du PDCI-RDA, Henri Konan Bédié, a cru devoir revenir sur l’endettement de la Côte d’Ivoire dont il a déploré le côté exponentiel soi-disant. Avec une dose de mauvaise foi qui en dit long sur ses ressentiments à l’endroit du RHDP et du chef de l’Etat Alassane Ouattara contre qui il ne décolère visiblement pas.

Lire plus …

L’importance de la politique d’argumentation en Côte d’Ivoire face à l’anti-politique des affects.

Conformément à leurs habitudes depuis les années 1990, certaines forces politiques ivoiriennes identifiables, maintenant dans l’opposition, (cf «  La thématique de l’invasion étrangère, une arme anti-politique prisée en Côte d’Ivoire ». cedea.net. 27 octobre 2018 ) ont décidé, depuis la fin de la crise postélectorale de 2010, d’instrumentaliser  l’ethnicité et les mouvements sociaux, de mobiliser  dans une stratégie insurrectionnelle continue, la thématique de la résistance nationale à une invasion étrangère, pour reconquérir le pouvoir d’Etat.

Lire plus …

Côte d’Ivoire : le courant bédiéiste du PDCI conteste le programme politique et le projet sociétal houphouëtistes du RHDP.

Le discours d’Henri Konan Bédié devant la chefferie Akan le 23 septembre 2018 dernier est un discours d’opposition programmatique et sociétal au RHDP. Appelant à l’ethnie contre la nation, à la chefferie contre l’Etat national, il conteste  le programme politique et le projet sociétal houphouëtiste du gouvernement RHDP. Le programme politique de l’houphouëtisme,  rappelons-le, consiste à unifier la diversité des cultures ethniques de notre pays dans la citoyenneté, à allier ces cultures à la rationalité économique afin de bâtir un Etat national par la modernisation de notre société. Le PDCI-RDA fut crée en Avril 1946 par Félix Houphouët-Boigny pour servir cette fin ultime qui est la conception du bien public ivoirien.

Lire plus …

Je récuse la déformation de mon propos par le journal en ligne ivoirien ivoirsoir.net.

Dr Alexis Dieth

Professeur de philosophie

A l'adresse du journal en ligne ivoirsoir.net

Je récuse la déformation de mon propos par le journal en ligne ivoirien ivoirsoir.net.

Je récuse de la déformation de mon propos par votre  journal. Je conteste votre titre et votre introduction à la publication de mon texte intitulé « Mémoire du 19 Septembre : les travestissements contestables du journaliste André Konan Sylver » ; texte publié sur mon site cedea.net et que vous avez repris dans votre journal en ligne.

Ce titre : Faillite intellectuelle : Quand le Dr Alexis Dieth répond à André Konan Silver et défend la rébellion de Soro » et cette introduction « C’est un exercice périlleux auquel s’est livré Dr Alexis Dieth(pro-RDR et habituellement anti-soro). En voulant répondre à André Silver Konan qui avait recadré Soro Guillaume à propos du 19 Septembre 2002 en Côte d’Ivoire, l’intellectuel favorable à Amadou Gon s’est retrouvé en train de défendre la rébellion de son ennemi » trahissent le contenu de mon texte.

Lire plus …

L’accord d’unification du RHDP est-il une tentative de rétablir le parti unique en Côte d’Ivoire?

Réduisant l’alternance démocratique du pouvoir à une appropriation du pouvoir par un parti, assimilant le pouvoir d’État ivoirien à une propriété patrimoniale, personnelle ou de classe, obsédés par sa reconquête, certains dirigeants et militants partisans en Côte d’Ivoire et leurs filiales dans les diasporas, en viennent à perdre la capacité de juger au point de s’adonner à des affirmations qui heurtent la raison et le sens commun.

Lire plus …

Côte d’Ivoire : la récusation de la Commission Electorale Indépendante (CEI) cache un négationnisme.

La bronca anti-CEI de la plate-forme de l’opposition à laquelle vient de se joindre une des factions du PDCI est-elle démocratiquement fondée? Est-il déraisonnable de penser que cette contestation s’inscrit dans la continuité de la bataille de l’opinion que le FPI a engagée, depuis sa défaite  électorale de 2010, afin d’accréditer la thèse du complot international ?

Le FPI est  habitué à boycotter toutes les élections depuis sa défaite électorale à la présidentielle de décembre 2010. La raison profonde de la contestation de la CEI semble donc être tout autre que celle officiellement avancée : le déséquilibre numérique de ses membres et le dépassement du mandat de son Président. La récente dénonciation opportuniste, inédite et spectaculaire de cette commission par l’une des factions du PDCI, autorise à douter de la sincérité démocratique de cette récusation.

Lire plus …

Le prolème de l’éducation moderne en Afrique.

L'éducation a pour fonction première la formation d'individus autonomes capables de s'éclairer par leur propre raison, de construire leur histoire personnelle et leur projet de vie en s'aidant de leur propre entendement. Le but principal  de l'éducation moderne est de briser  le régime des tutelles. Il est de construire et de libérer l'individu.

Lire plus …

Présidentielle 2020 en Côte d’Ivoire : la société civile ivoirienne n’est pas en demande de démiurges réconciliateurs.

En Côte d’Ivoire, nous devons garder le cap de la démocratie. L’objectif ultime de la présidentielle 2020 est d’assurer sa continuité. Il s’agit donc de  sauvegarder  la liberté du choix politique, en faisant en sorte qu’en cette élection, les offres politiques correspondent aux demandes et aux besoins exprimés par la société civile. L’idée directrice de cette temporalité démocratique est de parvenir, sur le long terme, à soumettre les forces politiques aux demandes des forces sociales, à  renforcer la limitation de l’Etat par les droits de l’homme et enfin, à affermir les institutions par un contrôle citoyen pour lutter par les lois contre l’injustice sociale, l’inégalité et la corruption. Elle est de promouvoir la citoyenneté et de raffermir l’intégration politique du pays. Telle est la dimension substantielle de la démocratie au-delà des procédures et de l’alternance formelle du pouvoir.

Ces objectifs capitaux contrarient des intérêts factionnels. Différentes  stratégies de diversion, de détournement de la volonté populaire, et d’intoxication de l’opinion publique ivoirienne  sont donc entreprises en vue d’empêcher la dynamique de cette maturation démocratique en Côte d’Ivoire. Il est vital de les dénoncer et de les déconstruire afin de préserver la dynamique de la démocratie libérale initiée en Côte d’Ivoire en décembre 2010. La plus grosse de ces escroqueries politiques est actuellement l’arnaque à la réconciliation nationale.  

Lire plus …

Réclamer une loi contre les fausses informations en période électorale, est politiquement fondée en raison.

Mon propos, en commentaire, de l'article du journal LeMonde intitulé " Macron souhaite une loi contre les fausses informations en période électorale", a suscité la défiance d’un certain nombre d’internautes. En commentaire de cet article, j’avais formulé cette interrogation : «  et si l’on s’en inspirait dans notre pays (la Côte d’Ivoire) pour y protéger la Démocratie et la République en période électorale ? ». Confondant la liberté de parole avec ce qu'elle n'est pas, certaines personnes ont cru bon d'y aller de leurs clics rageurs. A ces censeurs (oh ironie du sort) qui se croient à tort protecteurs de la liberté d'expression, a manifestement échappé l'expression " en période électorale", une condition restrictive qui montre bien que la loi projetée est destinée à préserver la déclaration de la volonté générale contre toute forme de manipulation. Cette confusion de la liberté de parole, d’expression et d’opinion avec la liberté de dénigrer, d’insulter et de désinformer est une dérive préjudiciable à la démocratie. Il importe de dénoncer cette méprise et de justifier rationnellement et argumentativement cette dénonciation afin de sauvegarder la critique et la surveillance des pouvoirs qui protègent et soutiennent la démocratie contre le populisme sa forme pathologique. Je montrerai à cet effet, dans une contribution à venir dans cedea.net et en m’inspirant de la métaphysique de la notion de liberté, ce qu’elle est en tant qu’expression du libre-arbitre (arbitrium liberum) et en quoi elle se distingue en tant que telle de l’arbitre brute (arbitrium brutum). Quand cette forme dévoyée du libre-arbitre s’importe  dans les Etats de droit, elle menace le Droit, la Liberté et la Dignité humaine. Elle menace d’euthanasier la démocratie, en assurant le triomphe du populisme.

Lire plus …

Côte d’Ivoire : Partis politiques ivoiriens, présentez-nous vos cartes d’identité.

Citoyens ivoiriens, nous sommes plus que jamais appelés au devoir de vigilance. Nous devons exiger de notre classe politique les identifications partisanes et les clarifications idéologiques requises par le jeu politique démocratique. En démocratie, il est du devoir du citoyen de veiller sur la chose publique et de se sentir responsable de son gouvernement. Cette vigilance critique citoyenne est plus que nécessaire pour sauvegarder la paix sociale et la stabilité politique en notre pays.  Phénomène inédit, jamais vue dans aucune démocratie du monde, la campagne électorale pour la Présidentielle 2020 est officieusement déjà lancée, à trois années d’écart de la date officielle. Inaugurée par une guerre absurde de succession, la précocité du phénomène signifie que les passions sont exacerbées, que la désinformation risque de se substituer à l’information, et que sur le long terme, le viol des foules par la propagande politique tentera de circonvenir les électorats ivoiriens. La vigilance critique individuelle et collective est donc de mise.

Il importe de contribuer à la formation d’une opinion publique responsable qui puisse préserver la déclaration de la volonté générale et qui puisse la protéger contre toute tentative de déformation et de capture factionnelle. Cette vigilance critique nous permettra d’éviter une réédition de la catastrophe de la présidentielle de l’an 2000 dont 2010 ne fut que la conséquence logique.

Lire plus …

Côte d’Ivoire : Le président Guillaume Soro doit être interpellé par la nouvelle sortie hasardeuse de son conseiller. 1ère partie

La rencontre entre le Président de la République et le chef du Parlement ivoirien devrait-elle donner lieu à de nouvelles agressions verbales du collaborateur de ce dernier contre les membres du gouvernement ? Devrait-elle ouvrir la porte à ses assertions gratuites et à ses interprétations qui sont souvent de la désinformation et de la propagande?

Indifférent aux vertus du silence réflexif, insoucieux de la vérité du discours, campé dans le mépris du réel et bavard,  le collaborateur de l’Assemblée National est-il vrai un philosophe et un sage conseiller ?Est-il dans le rôle d’Aristote auprès de l’empereur Alexandre Le grand ou dans celui d’une parodie de Grigori Raspoutine auprès de Nicolas II ?

Etait-ce, de la part de ce collaborateur,  politiquement pertinent de se livrer à des commentaires partiaux et indus sur la rencontre du Président de la République et du chef du parlement ivoirien ? N’est-il pas remarquable et politiquement significatif que les services de communication de la Présidence se soient interdits de gloser  sur cette rencontre afin d’apaiser les tensions de ces derniers jours?  N’eut-il pas été plus sage et plus raisonnable, de la part du collaborateur du chef du parlement ivoirien, de s’interdire de continuer à s’inventer des comploteurs et des ennemis dans l’entourage du Président de la République?

Lire plus …