Articles par balises :Stratégie

L’étonnante métamorphose pro-Gbagbo des disciples filiaux de Félix Houphouët-Boigny et la problématique de la réflexivité dans les partis ivoiriens.  0

La métamorphose pro-Gbagbo de l'ex-ministre et diplomate Essy Amara, du Général Gaston Ouassenan, de l’ex-premier Ministre Charles Konan Banny et de l’ex-Ministre de l’intérieur Émile Constant  Bombet, de ces disciples filiaux de Félix Houphouët-Boigny, sidère. Leur complicité avec un Henri Konan Bédié dont l’évidente errance ethno-populiste entêtée est d’une aveuglante clarté, stupéfie plus d’un observateur en Côte d’Ivoire et dans le monde.

Les finalités de la stratégie d’appareil qui conduisirent à cette étrange métamorphose n’échappent pas au sens commun de la majorité des Ivoiriens.

Lire plus …

Présidentielle 2020. L’hypertrophie du débat procédural en Côte d’Ivoire : encore une arnaque politique?

La légitimité démocratique est constituée par le respect concomitant et simultané des procédures et de la substance de la démocratie. Elle résulte de la considération accordée à la lettre, en même temps qu’à l’esprit, des institutions.  De la conformité aux procédures et à la lettre des institutions, résulte la légalité. De la déférence à la substance et à l’esprit des institutions, procède la légitimité. Les procédures sont le vestibule de la substance de la démocratie. Se soucier des procédures, et négliger la substance de la démocratie, est réduire la démocratie à la légalité. Dans ce cas, la conformité à la lettre du fonctionnement des institutions peut recouvrir la trahison de leur esprit. Adolf Hitler accéda légalement au pouvoir. Le fonctionnement impeccable des procédures du vote ne saurait garantir, à lui seul, l’élection démocratique contre le détournement de la déclaration de la volonté générale.  Les électeurs doivent connaître les identités et les programmes des partis, et des candidats, qui sollicitent leur vote pour que le respect des règles de fonctionnement des institutions d’impartialité puisse effectivement empêcher le détournement de la volonté populaire vers des intérêts particuliers partisans.

En réduisant la problématique démocratique ivoirienne au débat procédural,  ne néglige-t-on pas les questions de fond qui concernent l’identité des partis, leurs programmes et projets ?

Lire plus …

Côte d’Ivoire : Le président Guillaume Soro doit être interpellé par la nouvelle sortie hasardeuse de son conseiller. 1ère partie

La rencontre entre le Président de la République et le chef du Parlement ivoirien devrait-elle donner lieu à de nouvelles agressions verbales du collaborateur de ce dernier contre les membres du gouvernement ? Devrait-elle ouvrir la porte à ses assertions gratuites et à ses interprétations qui sont souvent de la désinformation et de la propagande?

Indifférent aux vertus du silence réflexif, insoucieux de la vérité du discours, campé dans le mépris du réel et bavard,  le collaborateur de l’Assemblée National est-il vrai un philosophe et un sage conseiller ?Est-il dans le rôle d’Aristote auprès de l’empereur Alexandre Le grand ou dans celui d’une parodie de Grigori Raspoutine auprès de Nicolas II ?

Etait-ce, de la part de ce collaborateur,  politiquement pertinent de se livrer à des commentaires partiaux et indus sur la rencontre du Président de la République et du chef du parlement ivoirien ? N’est-il pas remarquable et politiquement significatif que les services de communication de la Présidence se soient interdits de gloser  sur cette rencontre afin d’apaiser les tensions de ces derniers jours?  N’eut-il pas été plus sage et plus raisonnable, de la part du collaborateur du chef du parlement ivoirien, de s’interdire de continuer à s’inventer des comploteurs et des ennemis dans l’entourage du Président de la République?

Lire plus …

La conviction démocratique américaine face à Trump: contrepoint critique au LR (Les Républicains) français et enseignement pour l’Afrique.

Le présidentialisme fort américain est objectivement limité par des Institutions par une Administration et un pouvoir judiciaire indépendants qui garantissent le respect des libertés personnelles et des droits fondamentaux. Mais il est aussi limité subjectivement  par la conviction démocratique et éthique de la majorité des citoyens et acteurs politique américains comme en atteste l’opposition exemplaire de la majorité des ténors du parti républicain, sur des bases  éthiques, au national-populiste républicain Donald Trump.

Lire plus …

La partitocratie contre la démocratie en Afrique Noire.

La contestation électorale en Afrique.  Les raisons profondes du phénomène. (2ème partie)

En Afrique noire nous sommes sortis de l’ère des autocraties et des dictatures. Mais, traumatisés, nous en conservons les schémas mentaux et les séquelles psychologiques. Nos conceptions du pouvoir et de sa transmission sont restées tributaires des modèles du passé. Au temps  des autocraties du passé semble avoir  succédé, en Afrique Noire, le temps de la partitocratie, terme utilisé par Alain Touraine pour définir cette situation où « la société politique se libère de ses liens à la fois avec la société civile et avec l’Etat pour n’avoir plus d’autre fin que l’accroissement de son propre pouvoir ».

En Afrique Noire, la destruction libérale de la toute-puissance de l’Etat a permis à la société politique de rompre sa tutelle étatique sans pour autant inaugurer comme il se doit dans une démocratie électorale-représentative, l’ère de sa subordination à la société civile. Au contraire, les partis politiques se sont reconstruits contre les sociétés civiles naissantes dont ils se sont empressés d’inféoder et d’embrigader les associations, les syndicats et les nouvelles organisations indépendantes annihilant ainsi leur indispensable autonomie. En lieu et place de la dictature du parti unique, s’est donc institué un pouvoir autocratique des partis politiques qui tiennent en tutelle associations et  les ONG locales transformées en satellites de la société politique.

Lire plus …

Le nationalisme communautaire de la CNC ivoirienne ou la logique du dialogue exclusif.

Crise politique au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire. Similarités et spécificités. (2ème partie)

Au Burkina Faso, les dirigeants du CDP  ont tenté de manipuler la Constitution  pour prolonger, après son expiration légale, le mandat politique qui leur avait été attribué par le peuple Burkinabé. Cette  tentative ne fut  motivée, ni  par l'intention de briser la République au profit d’une dictature, ni par l'intention de reconstruire la nation sur une base communautaire et confessionnelle. Cette avidité personnelle, qui n’avait pas éteint le sens de l’Etat chez les magistrats de la haute administration et les gradés de la haute hiérarchie militaire engagés dans cette aventure, explique l’abandon du pouvoir par le CDP et la fuite de Blaise Compaoré devant une révolte populaire qu’il avait les moyens de réprimer dans le sang. La primauté de ce sens de la République explique la reddition du Général Diendéré qui aurait pu, de manière irrationnelle, refuser de se plier aux injonctions de l’armée loyaliste et de la communauté internationale en déclenchant ainsi l’apocalypse sur le Burkina Faso. Malgré les crispations et résistances relatives du RSP à consentir pleinement à son désarmement, nous pensons que cette conscience partagée de l’intérêt général est, au Burkina Faso, une digue solide qui peut aider à empêcher le basculement du pays dans la guerre civile et le chaos. On sait que, comparativement, les pouvoirs politiques ivoiriens dans les années 2000 manipulèrent la Constitution pour reconstruire la nation  sur une base ethnique et pour abattre la République. Ils n’hésitèrent pas à déclencher l’apocalypse sur la Côte d’Ivoire pour tenter de réaliser cet objectif politique suprême. Cette redéfinition communautariste de la nation ne permet aucun dialogue comme en témoigne la charte non négociable qui motive actuellement les manifestations de la CNC contre la tenue de la Présidentielle d’Octobre 2015.

Lire plus …

Théophile Kouamouo est-il crédible ?

Après avoir  brocardé, en 2010,  la communauté internationale qu’il accusait déjà  de « parrainer », dans le sens mafieux du terme, l’élection présidentielle ivoirienne  de 2010 au profit du candidat Alassane Dramane Ouattara ,  Théophile Kouamouo avait, au plus fort des manœuvres d’obstruction et de  déstabilisation ourdies par les officines du  camp Gbagbo son mentor , étrangement appelé à la rescousse cette même communauté internationale  au profit de son candidat de substitution Charles Konan Banny dont les ambitions présidentielles se dessinaient déjà en 2012. Il réclamait de la communauté internationale une intervention politique et militaire en vue d’installer au pouvoir Charles Konan Banny. cf sa Tribune « Il est temps de lâcher Ouattara ! ». Lebanco.net. 25-09-2012  A l’ occasion de cet étrange appel nous avions dénoncé cette contradiction du prétendu anticolonialiste et « souverainiste »  camerounais  dans la contribution ci-dessous, écrite en Octobre 2012. Lire plus …

Le pouvoir ivoirien prépare-t-il des fraudes comme le clame le groupe CNC ?

L'opposition ivoirienne accuse le pouvoir de préparer des fraudes,  annonce  JA dans son édition en ligne de ce dimanche 14-Juin 2015. On s'y attendait! A cinq mois de l’élection présidentielle ivoirienne, cette démagogie bien connue de la CNC,  d’une coalition d’opposition  qui n’a, jusqu’à ce jour, pas réussi à présenter la moindre offre politique claire et crédible aux Ivoiriens donne, de manière  symbolique et inquiétante, le ton d’une politique partisane de la terre brûlée qui va tenter d'imposer  à la campagne électorale de la présidentielle le rythme du soupçon et de la contestation : un brouillage opportuniste s’inscrivant dans la continuité d’une stratégie de sabotage préméditée  qui ne fut jamais abandonnée par un anti-mouvement sectaire que l’on peut accuser de tous les défauts sauf ceux de la cohérence et de l’opiniâtreté ; un brouillage opportuniste destiné à masquer la faillite politique d'une coalition antirépublicaine et antidémocratique démasquée comme telle par la majorité des Ivoiriens!

Lire plus …

Pierre Nkurunziza versus Laurent Gbagbo : Les modèles de la pyromanie politique en Afrique Noire. (2ème partie)

La stratégie du pire et le problème de la justice impartiale.

Au Burundi s’installe  une stratégie du pire, clairement identifiable, qui rappelle furieusement le processus ivoirien d’accaparement du pouvoir en 2010 par l’ex- chef d’Etat Laurent Gbagbo et son équipe. Ce processus brutal, le coup d’Etat constitutionnel ou le hold-up électoral,  perpétré par un chef d’Etat pour se maintenir au pouvoir, n’a rien à envier à la brutalité du coup d’Etat militaire. Toujours soutenu par la répression militaire et sécuritaire meurtrière et brutale  des mouvements de contestation, ce processus d’accaparement du pouvoir suprême est un analogue politique du coup d’Etat militaire stricto-sensu. Comment réussir  alors à prévenir politiquement et judiciairement cette pathologie politique d’un genre nouveau ?  Comment  rendre impartialement justice après le chaos qui en résulte? Comment mettre fin à l’impunité en Afrique Noire?

Lire plus …

Pour une critique constructive de l’opposition ivoirienne à l’aube de la Présidentielle 2015.

L’une des exigences cardinales de la démocratie électorale représentative est que le Pouvoir soit limité par des contre-pouvoirs. Le gouvernement doit être critiqué et contrôlé par l’opposition partisane, par les  organisations de la société civile et par les simples citoyens. Le principe démocratique de  la limitation du pouvoir  est dépourvu de contenu lorsque fait défaut cette critique et ce contrôle institutionnel et individuel du Pouvoir. Le danger est alors grand de voir s’instituer un pouvoir sans limite. La démocratie est alors menacée par un risque  de dérive autocratique et dictatoriale du gouvernement. Tous les gouvernements démocratiques responsables en appellent  donc à une opposition.

Ce principe de la limitation du pouvoir par le contrôle institutionnel, par la critique partisane et citoyenne du gouvernement est-il respecté en Côte d’Ivoire ?

La réalité du terrain permet de répondre affirmativement à cette question. En Côte d’Ivoire, le gouvernement est régulièrement critiqué. Opérée et relayée par les médias, les ONG, les contributions citoyennes, cette critique relève quotidiennement les échecs et inaccomplissements du gouvernement malgré ses réussites économiques remarquables. Elle dénonce une « justice partiale » selon certains, la cherté de la vie, et les failles de la redistribution des résultats de la croissance. Ce contrôle démocratique citoyen a tempéré le gouvernement relativement aux fléaux qui minent les Etats africains, tels la violation des droits de l’homme, le patrimonialisme, le népotisme, la corruption, le monopole ethnique de la haute administration et de la haute hiérarchie militaire et sécuritaire.

Lire plus …

Le PDCI-RDA n’est pas un héritage familial (suite).Le populisme identitaire est antidémocratique et contre le développement économique et social.

Le populisme identitaire est antidémocratique et contre le développement économique et social.

Dans la conception patrimoniale du pouvoir défendue par Charles Konan Banny, il est aisé de remarquer que la souveraineté n’appartient pas aux citoyens unis dans les valeurs de la République. Propriétaires du Pouvoir, les héritiers, représentants lignagers des coutumes particulières d’une communauté ethnique, prennent la place du  peuple souverain. Dans cette acception, la cité est une société hiérarchisée et inégalitaire  dominée par les élites lignagères, membres des grandes familles, et de ce fait héritières du Pouvoir politique et économique. La cité ne peut pas donc pas être structurée par les valeurs républicaines d’Egalité, de Liberté et de Fraternité; valeurs couramment jugées comme coloniales et étrangères. Le pouvoir d’Etat est, d’après cette représentation, une propriété familiale, un héritage réservé à un héritier. Les partis politiques ne sont pas des institutions ayant pour fonction  de médiatiser politiquement les intérêts et les demandes politiques du peuple des citoyens égaux. L’institution partisane est une machine électorale dévolue aux héritiers d’une grande famille ou aux élites lignagères d’une communauté ethnique particulière. Sa fonction est de transformer les populations des différentes communautés en clientèles enrôlées pour acclamer l’héritier et lui attribuer le Pouvoir par acclamation. Le vote est de nature ethnique confessionnelle ou régionaliste. L’acclamation de l’héritier d’une collectivité ethnique se substitue donc à l’élection démocratique. Or, celle-ci est un processus impartial de sélection du citoyen le plus compétent mandaté, en tant que tel, par un peuple de citoyens pour servir le bien commun d’une société d’égaux. Dans la conception patrimoniale du Pouvoir et de l’Etat qui se lit dans le discours de Charles Konan Banny, le Président de la république incarne un groupe ethnique dans un Etat communautaire excluant  l’altérité.  

Lire plus …