Articles par balises :Aliénation

Franklin Nyamsi Wa Kamerun = Soro Guillaume : le « koroti » du député de Ferkéssédougou.  0

Franklin Nyamsi Wa Kamerun est notoirement un goujat ambitieux et arrogant, un mythomane compulsif spécialisé dans le mensonge diffamatoire. Il faut  noter  que la particule Wa Kamerun dont il orne son nom et que l’on ne lui connaissait au paravent n’y a été que récemment rajouté dans une logique de défi  et comme un pied de nez  à ses victimes par ce personnage qui s’est spécialisé dans le mensonge diffamatoire contre les simples citoyens et les plus hautes autorités politiques de l’Etat ivoirien.

Lire plus …

Conscience malheureuse victimaire et blocage démocratique en Afrique noire.  0

La conscience malheureuse post-coloniale africaine est victimaire. C'est un fait avéré. Il en est ainsi parce que l'Afrique post-coloniale s'est définie comme étant la réprouvée de l'histoire, la victime innocente de toutes les oppressions et de toutes les injustices. En conséquence de ce sentiment d’insupportable injustice subie, elle s’est figée dans l'amertume, dans le ressentiment, dans l'acrimonie et les récriminations perpétuelles contre l'ancien colonisateur et contre l'Autre en général.

Lire plus …

La démocratie libérale à l’épreuve en Afrique Noire.3ème partie. Les enseignements du modèle japonais.

Les enseignements du modèle japonais.

 Dans les pays de tradition holiste,  où la dynamique de l’histoire a imposé la démocratie libérale en qualité de régime politique   à un moment donné, un certain volontarisme progressiste patriotique  des élites est nécessaire pour s’en approprier l’esprit. Ce choix pragmatique ne signifiant guère capitulation politique et acceptation passive d’une acculturation étrangère, cette indispensable appropriation de la dimension substantielle de la démocratie libérale permet de mettre les potentialités émancipatrices de ce régime au service des besoins spécifiques de la nation. Le volontarisme démocratique modernisateur de l’élite japonaise de l’ère Meiji et bien plus tard, de la période d’occupation américaine qui a vu la modernisation du Japon,  constitue un exemple historique de cette réappropriation culturelle féconde d’un apport étranger. Cette modernisation s’opéra par le haut et fut le fait des élites qui, tout en en préservant l’identité culturelle du peuple japonais, adoptèrent la démocratie libérale et les techniques occidentales et procédèrent à une refonte globale des structures du pays pour le mettre au niveau des impératifs des temps nouveaux.

Lire plus …