Articles par balises :Avidité

FRANKLIN NYAMSI WA KAMERUN ET LA CREDIBILITE POLITIQUE DU PAN IVOIRIEN SORO GUILLAUME.  0

LA DÉRIVE DE FRANKLIN NYAMSI WA KAMERUN ENTACHE LA CRÉDIBILITÉ POLITIQUE DU PRÉSIDENT DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE IVOIRIENNE.

LES LIGNES SIDÉRANTES (voir ci-dessous le Texte de Franklin Nyamsi)  repérées sur le mur Facebook de ce  conseiller très spécial de Soro Guillaume,  Franklin Nyamsi Wa Kamerun, SONT UNE INJURE PROFÉRÉE CONTRE L’ASSEMBLÉE NATIONALE DE CÔTE D’IVOIRE. ELLES ENTACHENT LA CRÉDIBILITÉ DE SON CHEF QUI L’ABRITE SOUS L’AUTORITÉ DE SA FONCTION ET QUI SEMBLE, DE CE FAIT AU FIL DES ANS, S’ÊTRE TRANSFORME EN CHEF DE FACTION. CETTE INDIFFÉRENCE ÉTONNANTE ET CETTE IMPUNITÉ SUBSÉQUENTE DU CONSEILLER LAISSENT PENSER QUE L’ACTUEL CHEF DU PARLEMENT IVOIRIEN EST INCAPABLE DE MESURER PLEINEMENT LA HAUTEUR DE SA FONCTION EN TANT QUE PRÉSIDENT DE L’INSTITUTION CENTRALE DU SYSTÈME POLITIQUE IVOIRIEN, L’INSTITUTION CHARGÉE D’ÉLABORER LES LOIS EN CÔTE D’IVOIRE.

Lire plus …

Côte d’Ivoire : La paix sociale, concorde ordonnée entre les parties de la cité.

Comment définir la paix des hommes? Qu’est-ce que la paix sociale ? « La paix des hommes, c’est la concorde ordonnée » dit St-Augustin dans le Livre XIX de son ouvrage  « La Cité de Dieu ». Il souligne que « la paix sociale, c’est entre les citoyens, la concorde et l’ordre de l’autorité et de la soumission ». Dans ce propos augustinien, la soumission ne signifie guère sujétion servile d’une personne à la force contraignante d’un tiers. L’autorité, comme le montrera Hannah Arendt, est un attribut personnel ou institutionnel immatériel qui renvoie à des valeurs et à des principes spirituels inconditionnellement reconnus autant par ceux qui commandent que par ceux dont la soumission est requise.

Lire plus …

Côte d’Ivoire : Franklin Nyamsi a dévoyé le projet national de Soro Guillaume. 1ère partie

Ce que Mr Soro Guillaume Président de l’Assemblée Nationale Ivoirienne m’a dit en Août 2012.

Je m’en rappelle comme si c’était hier. A la fin de la cérémonie de dédicace de l’ouvrage de témoignage que j’avais écrit en coauteurs avec Franklin Nyamsi en mémoire de la crise post-électorale de 2010, le Président de l’Assemblée Nationale nous invita à une réception en son domicile. Dois-je préciser  que cet ouvrage de témoignage devrait poser, en tant que témoignage fondé en raison, le désir d’une Nouvelle Côte d’Ivoire pleinement républicaine et démocratique ? L’idée directrice, du moins la mienne, de cet ouvrage était de justifier conceptuellement le rejet du nationalisme identitaire qui avait fracturé la Côte d’Ivoire, et de réconcilier le pays dans les valeurs de la démocratie et de la République pour rebâtir une Nation de citoyens. Il s’agissait, dans mon esprit, de poser un jalon des valeurs universalistes qui permettraient de refonder un nouveau consensus républicain, de réunifier la pluralité ivoirienne dans un sentiment d’appartenance commune. J’étais donc animé par cet enthousiasme républicain quand je suis arrivé à Abidjan après avoir, durant toute la période de la crise-post électorale, contribué, comme je le pouvais, à lutter par la plume contre la dérive dictatoriale meurtrière d’un Laurent Gbagbo amnésique de sa victoire électorale à la présidentielle de 2000 quand il appelait le Général Guéi à respecter le résultat des urnes.

Lire plus …

Les leçons de la crise politique au Burkina Faso

Crise politique au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire. Similarités et spécificités. (3ème partie)

Quels enseignements les Ivoiriens peuvent-ils retirer de la crise politique et militaire  burkinabè ?

Au Burkina Faso, comme nous l’avions prévu, le sens de la République et la conscience de l’intérêt général ont eu le dernier mot sur l’avidité personnelle, le clientélisme, le clanisme et la haine. Le général Gilbert Diendéré et ses officiers n’ont pas déclenché l’apocalypse sur leur pays. En dépit de la violence intrinsèque et de la brutalité  du coup d’Etat qui semble démentir son pacifisme affiché, sa volonté  publiquement proclamée d’éviter un bain de sang et un affrontement fratricide fut la position de principe du Général Gilbert Diendéré. Ce sens de l’Etat  et de la fraternité concitoyenne, cette digue ultime de la République qui sauvegarde le vivre-ensemble et préserve la Cité contre les précipices de la haine, a aussi prévalu sur le sentiment de vengeance dans le camp des membres du gouvernement de transition burkinabè et des officiers de l’armée loyaliste. Les dirigeants politiques burkinabés et les acteurs de la société civile se doivent désormais de l’affirmer pleinement en se réappropriant le principe républicain d’inclusion comme semble le réussir les dirigeants de la Côte d’Ivoire actuelle. En ce pays, aucune loi n’a été proposée et votée par les défenseurs et représentants de la République afin d’interdire au FPI de candidater à l’élection présidentielle d’octobre 2015, malgré le lourd passif des 3000 morts du conflit post-électoral de Décembre 2010, jamais assumés et pourtant causés par la politique et l’idéologie d’exclusion et de haine que ce parti avait activement contribué à installer dans le pays et qu’il continue de défendre.

Lire plus …