Affaire’’Houphouët a parlé avec moi avant sa mort’’. Quand Guikahué, le Bédiéiste, se prend pour un Houphouétiste  0

Auteur: AMBROISE TIETIE

Journaliste Professionnel au Rassemblement.

S’adressant à la population d’Oumé, le dimanche 23 décembre 2018, Pr Maurice KacouGuikahué, secrétaire exécutif en chef du PDCI, a fait des révélations sur la relation privilégiée qu’il entretenait avec le président Houphouët-Boigny qui serait mort dans ses mains. Ce qui est loin de faire de lui un grand Houphouétiste.

‘’Quelqu’un qui a été président du MEECI, médecin d’Houphouët-Boigny, Houphouët a parlé avec lui avant de mourir, tu ne peux pas agir comme les Adjoumani. Ils ont entendu parler d’Houphouët mais moi, je l’ai vu. Celui qui a vu le lion et celui qui a entendu parler du lion, ce n’est pas la même chose’’, a rappelé Maurice Kakou Guikahué, le dimanche 23 décembre 2018, à Oumé. Il a certainement convaincu l’auditoire de sa proximité passée avec le père de la Nation. A première vue, cela le crédite de la connaissance du grand homme avec qui il avait un si agréable commerce. Toute chose qui semble lui conférer légitimité et assurance pour fustiger les supposés Houphouétistes de la ‘’25ème Heure’’, notamment ‘’les Adjoumani’’ qui ne peuvent prétendre se mesurer à lui sur le chapitre de l’houphouétisme dont lui serait ‘’imprégné’’ ou ‘’imbibé’’ pour avoir pratiqué, au quotidien, le Bélier de Yamoussoukro. A contrario, ‘’les Adjoumani’’ qui auraient seulement ‘’entendu parler d’Houphouët’’ sont disqualifiés, selon Guikahué, pour parler de lui, a fortiori, se prévaloir de la qualité ‘’d’héritiers’’ du père de la Côte d’Ivoire moderne. Voilà le postulat de la sortie fortement médiatisée du premier animateur du PDCI.

Voilà le postulat de la sortie de Guikahué

On pourrait, logiquement, en déduire que, sur le plan de l’houphouétisme, il y a Guikahué et les autres, tous les autres, ceux qui ne rentrent pas dans son moule et qui n’épousent pas la vulgate des Houphouétistes version Bédié qui ont fait de la rupture avec le Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) une ligne de conduite intangible et immarcescible. Sauf que, en l’espèce, on peut parler d’escroquerie morale. Car, il y a maldonne. De toute évidence, ce que donnent à voir le président Bédié, premier de cordée, et ses lieutenants dont les plus virulents sont Guikahué, Billon et N’dri Narcisse ne ressemble guère à l’houphouétisme tel qu’enseigné et légué par le grand homme. Le leur en est certainement un ‘’ersatz’’ mais, il en est éloigné comme la terre l’est du ciel. Qu’on en juge.

Alors que l’houphouétisme, c’est le pardon, la tolérance, l’ouverture et, surtout, le dialogue assumé et revendiqué jadis par le premier des Houphouétistes, que font les susnommés ? On le donne en mille : ils font preuve d’une telle raideur qu’ils ont préféré rompre avec leur famille politique d’origine, le RHDP, pour se tourner vers l’adversaire ‘’atavique’’ voire ‘’héréditaire’’, le FPI, pour ne pas le nommer, dont ils courtisent les dirigeants sans le moindre scrupule. Et pourtant, de ces derniers, tout les sépare, jusqu’à l’inspirateur ou le modèle. En effet, si ceux-ci ont pour ‘’pygmalion’’ indétrônable et irremplaçable, Laurent Gbagbo, fétichisé ou idolâtré, ceux-là ont comme référent ultime, le père de la Nation, l’emblématique Félix Houphouët-Boigny dont ils s’inspirent des idéaux et de la philosophie humaniste. Certes, en politique, les alliances obéissent moins aux affinités idéologiques qu’aux intérêts partisans, mais il est des alliances qui sonnent comme des mésalliances, en ce qu’elles défient l’entendement et jurent avec les convenances. Est-il donc convenable que ceux qui ont humilié Houphouët de son vivant s’allient aux héritiers de celui-ci ? C’est une simple question de bon sens, même s’il est admis que le bon sens n’est pas la chose la mieux partagée.

Quant à Guikahué, il se trompe et trompe son monde en pensant que le fait qu’il ait été le médecin d’Houphouët fait de lui un grand Houphouétiste. Ce serait manquer de discernement que de croire pareille ‘’galéjade’’. A l’évidence, une chose est d’avoir été proche d’Houphouët, de l’avoir côtoyé au quotidien au point de se croire un membre de sa famille et de le revendiquer ad libitum, une autre est d’intégrer la philosophie et les idéaux d’Houphouët. Et c’est à ce niveau qu’il semble y avoir ‘’tromperie sur la marchandise’’. Puisque, ni dans son vocabulaire, ni dans son être, moins encore dans sa perception quintessentielle de la politique, Maurice KacouGuikahué, n’est un Houphouetiste. Il est bien trop cassant, bien trop méprisant, bien trop infatué, bien trop haineux pour prétendre à la qualité d’Houphouétiste. ‘’La paix ce n’est pas un vain mot, c’est un comportement’’, disait le président Houphouët, l’apôtre de la paix. On pourrait le paraphraser concernant l’houphouétisme qui ne saurait être un ‘’vain mot’’ : c’est un comportement. Il ne suffit donc pas de crier ‘’Houphouët’’ ! ‘’Houphouët’’ ! ‘’Houphouët’’ pour être considéré comme un houphouétiste authentique.

Il ne suffit pas de crier ‘’Houphouët’’pour être un vrai houphouétiste !

Subséquemment, peu importe que Guikahué ait été ‘’le médecin personnel d’Houphouët’’ et qu’il en fasse un titre de gloire ; peu importe aussi que ‘’Houphouët ait parlé avec lui avant sa mort’’, la vérité, c’est qu’il a côtoyé le grand homme sans s’imprégner de sa philosophie et de ses centres d’intérêt. ‘’Si vous avez tous les dons et que vous n’avez pas en vous de l’amour pour votre prochain, vous êtes comme une cymbale qui résonne’’, enseignent, en substance, les Saintes Ecritures. On pourrait faire une analogie avec Gukahué et tous ceux qui, comme lui, chantent le nom d’Houphouët mais qui n’ont pas en eux les valeurs dans lesquelles croyait le premier président de la République de Côte d’Ivoire qui aimait à dire que son ‘’cœur est trop petit pour qu’il ait de la haine’’. Or, le Secrétaire exécutif en chef du PDCI est si haineux qu’il est allé à la rupture avec le RHDP et qu’il semble s’enorgueillir. Drôle d’Houphouétiste ! Que lui reste-t-il de l’houphouetisme, cet homme qui a fait de l’intransigeance sa marque de fabrique ? Rien. Il n’est, en réalité qu’un Bédiéiste qui s’ignore. Pour preuve, il a ‘’inculturé’’ les manières et le vocabulaire de N’Zueba dont il semble être devenu un clone, au point où celui-ci n’a pas besoin de parler, Guikahué le fait si bien. Faut-il rappeler que Bédié n’a jamais vraiment été un fervent partisan du dialogue. Remember.

En 1999, avant la chute de son régime, il aurait suffi qu’il condescendît à discuter avec ses opposants, notamment la direction du RDR qu’il avait jetée en prison sur un mouvement d’humeur.Mais, en dépit des objurgations et des suppliques de la communauté internationale qui l’adjurait d’élargir Mme Dagri Diabaté et les autres, il resta campé sur sa position, ne voulant en rien ‘’céder aux pressions extérieures’’. Et advint ce qui devait arriver : il perdit le pouvoir par un coup d’Etat. S’il était un vrai Houphouétiste, il est douteux qu’il connut pareil revers de fortune.Guikahué, Billon, N’dri Narcisse et les autres s’inspirent de lui et non d’Houphouët. Il fallait que cela soit dit, afin qu’il n’y ait point d’amalgame entre l’houphouétisme et le bédiéisme. Celui-ci est raideur, intransigeance, refus des compromis, sarcasme, raillerie et d’autres sèmes de la même eau ; celui-là est tolérance, dialogue, ouverture, humanisme, etc. Entre les deux, plus qu’une différence de degré, il y a une différence de nature. Et les résultats sont là, visibles, tangibles et palpables.

AMBROISE TIETIE

Journaliste Professionnel au Rassemblement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*