Articles par balises :Coutumes

Côte d’Ivoire: l’exigence de renaissance démocratique.  0

Soutenue par une société civile dynamique, informée et critique, notre pluralisme démocratique trace obstinément son chemin. Il est toutefois assailli par plusieurs maux qui sont loin d’être une irréversible fatalité. La mémoire de la nature du pluralisme démocratique ivoirien, à l’aube de l’Indépendance de notre pays, me convainc de la contingence de la situation anomique que nous traversons. Nous pouvons y remédier en nous réappropriant, aujourd’hui et dès maintenant, l’esprit et le volontarisme démocratique et républicain qui ont animé les pères de notre indépendance politique et structuré leur combat.

Lire plus …

Les déguisements du nationalisme identitaire en Côte d’Ivoire.

En Côte d’Ivoire, le national-populisme ethniciste et tribaliste revendique la légitimité politique en vue de noyauter la démocratie et la République pour les briser et instituer un État communautaire ethniciste ou confessionnel. En Côte d’Ivoire on se revendique de plus en plus des  ethnies, des tribus, des identités culturelles, des chefferies et des coutumes dans une perspective différentialiste de belligérance, d’exclusion et de rejet de l’autre. On se revendique de moins en moins de la République et de ses valeurs, de la liberté, de l’égalité et de la fraternité dans une perspective démocratique d’inclusion, et de reconnaissance de l’Autre. Le nationalisme identitaire ethniciste et tribaliste ivoirien semble louvoyer mais son cap est fixé. Sous des déguisements divers, il poursuit opiniâtrement son projet politique nationalitaire.

Lire plus …

Pétition pour la libération de Laurent Gbagbo. Pour quelle Afrique a combattu Bernard Dadié ?

B Dadié & L GbagboLa trahison de Bernard Dadié. 2/2

L’impensé communautariste de l’écrivain anticolonialiste.

Pour quelle Afrique a combattu Bernard Dadié ? La question mérite d’être posée, au vu de son engagement actuel auprès du courant identitaire du nationalisme ivoirien. "Le vieux", comme le dit un commentateur des réseaux sociaux, n'a pas perdu la tête. Il n’a nullement été instrumentalisé, contre son gré, par les propagandistes et par les activistes du courant identitaire ivoirien qui auraient eu l’intention de cannibaliser son autorité morale pour servir leur cause. Son engagement actuel auprès de Laurent Gbagbo, se situe dans le droit fil de son combat d'intellectuel organique de l'Afrique des chefferies et des lignages durant la lutte anticolonialistes des mouvements africains de libération. Des intellectuels de haut vol tels l’anthropologue Harris Memel-Fotê, des grands médecins tels le Dr Nimbé Coulibaly, membres fondateurs du FPI qui se revendiquaient du socialisme universaliste, prirent leurs distances avec Laurent Gbagbo et son groupe dès qu'ils comprirent que l’homme avait viré sa cuti socialiste au profit d’un ethnonationalisme opportuniste. Ces socialistes de conviction s’éloignèrent de l’imposteur et du farceur. Bernard Dadié a, au contraire, pour sa part appuyé, de son autorité d’écrivain et d’anticolonialiste historique, cette errance parce que l'ethno-nationalisme xénophobe de Laurent Gbagbo constituait l’impensé de son propre combat. L’Afrique nouvelle dont rêvait Climbié, un personnage de ses romans, était l’Afrique des chefferies, des racines, des grands planteurs et de leurs cohortes d’esclaves et de serviteurs. Somme toute, c’était l’Afrique des féodalités. Laurent Gbagbo, le machiavel des lagunes, fut l’incarnation politique de Kakou Ananzè, l’araignée rusée des œuvres de Bernard Dadié.

Lire plus …

Crise politique au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire. Similarités et spécificités. 1ère partie

Au Burkina Faso, vient de se dérouler une crise politique et militaire potentiellement dangereuse qui fut provoquée par des causes secondaires similaires à celles de la crise ivoirienne : une tentative de manipulation de la Constitution et l’exclusion politique d’une des parties de l’échiquier politique et social. Au Burkina Faso, le massacre à grande échelle et le chaos social ont été évités. En Côte d’Ivoire en 2002 le FPI de Laurent Gbagbo  au pouvoir répondit par la guerre à la rébellion militaire que généra sa politique communautaire d’exclusion. En Décembre 2010 les révoltes populaires qui suivirent son refus de céder le pouvoir après avoir perdu l’élection présidentielle furent réprimées dans un bain de sang  qui précipita le pays dans le chaos.  A l’approche de l’élection présidentielle d’Octobre 2015, les forces politiques qui furent les artisans de ce massacre à grande échelle, reconduisent en Côte d’Ivoire, les représentations du politique et de la société qui conduisirent à la catastrophe.

Quelles sont donc les raisons  profondes de cette différence  entre la situation burkinabè et la situation Ivoirienne ? Quelles sont les facteurs sociologiques et politiques expliquant cette divergence dans les conséquences ?

Lire plus …