Editorial. Henri Konan Bédié : un programme d’autocratie communautariste.  0

Henri Konan Bédié incarne un danger mortel contre la République et la démocratie en Côte d'Ivoire.

Sa vision de la Côte d'Ivoire est celle d'un TERRITOIRE MOYENÂGEUX de ROYAUTÉS et de CHEFFERIES, d'une société divisée et fragmentée en blocs ethniques. (Cf. mon article d'hier 20 février dans cedea et médiapart : « Pour une définition nationale de l'Etat et une politique de modernisation en Côte d'Ivoire »).

SON COMBAT CONTRE LA RÉPUBLIQUE, CONTRE, LA NATION et l'ETAT MODERNE DEPUIS LES ANNÉES 1990 N'A PAS CHANGÉ D'UN IOTA.

Henri Konan Bédié a rejoint le RHDP en 2010 par opportunisme afin de récupérer le pouvoir par dévolution monarchique en 2020. (Cf :" L’alliance Bédié/Ouattara en décembre 2010 : une alliance sur fond de quiproquo", cedea, Octobre 2018).

A la différence notoire du chef du RHDP Alassane Ouattara qui s'adresse, comme il se doit, aux chefferies et confessions du territoire national pour consolider leur intégration dans la République (telle est la raison d'être de la création du Sénat : compléter la représentation citoyenne par une représentation des collectivités du territoire national) et pour assurer leur participation à l'œuvre de construction nationale, le chef du PDCI communautariste Henri Konan Bédié s'adresse aux chefferies et aux confessions religieuses pour les opposer à la République et les engager dans un programme d'exclusion sociale et de désintégration nationale .

Henri Konan Bédié n’a jamais partagé le projet sociétal, programme de modernisation et construction nationale du RHDP. Et pour cause !

Ce programme et ce projet sociétal sont antinomiques à sa vision communautariste et autochtoniste de la Côte d'Ivoire.

Allant chasser dans la chefferie bété de Ouragayo en instrumentalisant Laurent Gbagbo le chef du FPI ethno-populiste extrémiste au moyen de la thématique partitocratique de "réconciliation" entendue comme homogénéisation communautaire, il entend faire d'une pierre deux coups: capturer l'électorat du FPI pour tenter de capturer le pouvoir d'Etat à son profit tout en divisant le pays pour régner en chef lignager suprême sur un territoire ethniquement et confessionnellement fragmenté de chefferies et de royaumes  .

Ce projet communautariste antirépublicain commanda son intrusion dans le royaume Ashanti au Ghana et ses nombreuses tentatives d'instrumentalisation de la chefferie Baoulé en Côte d’Ivoire.

Cette instrumentalisation et cette manipulation de l'ethnicité constitue la ligne directrice invariable du combat politique d'Henri Konan Bédié.

Voilà le projet sociétal dont se fait le relais médiatique, le journal propagandiste en ligne Africanewsquick du PDCI-Bédié, qui s'évertue depuis un moment à attaquer le sommet de l'Etat pour tenter, à coups de désinformations et d'intox pour tenter de le diviser selon des lignes fractures ethniques.

Les Ivoiriens et par-dessus tout le RHDP et la composante moderniste et libérale du PDCI, qui me semble avoir rejoint la coalition par conviction républicaine et démocratique, devraient prendre acte du parti-pris identitaire et autocratique  irréversible d'Henri Konan Bédié.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.