La VICTIMISATION versant de la STIGMATISATION dans le POPULISME. 1ère partie  0

La VICTIMISATION est versant de la STIGMATISATION dans le POPULISME . Ce sont les deux faces de la même monnaie.

Dans la stigmatisation, on désigne, de manière compulsive, l'adversaire politique comme un ennemi public. On le dénigre et on le diabolise .On tente de le ridiculiser et de le dévaloriser par des coups en dessous de la ceinture.

La stigmatisation est le vain palliatif d'un déficit programmatique, le cache sexe honteux d'une nudité et d'une nullité politiques.

Dans les fractions ivoiriennes qui semblent réduire l’opposition démocratique à la stigmatisation populiste du gouvernement, qu’en est-il des programmes et des projets sociétaux qui traduiraient en offres politiques alternatives les demandes existentielles des Ivoiriens et dont dépendent la représentativité des acteurs politiques et leur légitimité ?

Quel programme politique alternatif le RACI GPS de Soro Guillaume propose-t-il aux Ivoiriens pour résoudre le problème de la réconciliation, de la justice et de la démocratie pour lesquels il prétend combattre ?

Quelle alternative économique, sociale et politique le PDCI-Bédié et ses pairs en plate-forme proposent-ils  aux Ivoiriens pour contrer le RHDP? Ne vient-il pas récemment de refuser de se présenter à un débat télévisé ?

Le FPI-Gbabgo  programmatiquement déficient, ne s’est-il pas muré dans un boycott électoral décennal ?

Quelle alternative politique économique et social EDS de Armand Ouégnin propose-t-il aux Ivoiriens ?

Le PDCI-Bédié et ses pairs ne proposent, jusqu’à ce jour, aucune alternative pour la simple raison qu’en ces fractions la démocratie se réduit à  à la stigmatisation populiste du gouvernement, à l’utilisation instrumentale des procédures et à l’insurrection  pour capturer le pouvoir d’Etat.

Quand on a échoué dans la stigmatisation et la diabolisation de l'adversaire politique on se pose en victime pour rassembler autour de soi l'apitoiement des pleureurs et en faire porter la faute à l'adversaire.

La victimisation est, en politique, le rituel de l'échec, l'aveu d'une incapacité, l'expression symbolique d'une mort politique, l'auto-célébration d'un deuil, une cérémonie funéraire.

La CONSCIENCE VICTIMAIRE pleure son incapacité à relever le défi de l'adversaire dans la lutte pour l'affirmation et la reconnaissance politique.
Elle geint sur sa faiblesse cognitive et politique et en fait porter la faute à son maître qui l'a défait et qui lui renvoie, comme un miroir, le reflet de son insignifiance politique.

Le populisme s'affirme alternativement dans la stigmatisation et la victimisation. Ce sont les deux figures du ressentiment et de l'incapacité en matière politique.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.