Rencontre Bédié-Gbagbo : Tout ça pour ça !  0

Ambroise Tiétié

Journaliste Professionnel

Au quotidien Ivoirien LE RASSEMBLEMENT.

Le lundi 29 juillet 2019, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo se sont rencontrés à Bruxelles où réside le second depuis sa libération, le 08 février dernier. Ce rendez-vous sollicité par le premier cité peut apparaitre, in fine, comme un ‘’bide’’. Puisque de l’avis des proches de l’ancien dictateur d’Abidjan, ce ‘’conclave n’avait rien de ‘’politique’’. Un ‘’pied de nez’’ à N’Zueba qui en attendait beaucoup pour la formation de sa fameuse plateforme.

C’est Me Habiba Touré, l’un des conseils de Laurent Gbagbo qui a ‘’redimensionné’’ la rencontre Bédié-Gbagbo du lundi 29 juillet dernier. ‘’ L’alliance n’a absolument pas été abordée. Ce n’était absolument pas l’objet de la rencontre. C’était la rencontre de deux frères qui ont pu être en désaccord  et qui, aujourd’hui, ont décidé de se rencontrer et on considère d’ailleurs que c’est un grand pas vers la réconciliation, en indiquant qu’il fallait qu’ils puissent se voir et se parler. Ils se sont assis, ils ont discuté, ils se sont embrassés, ils se sont salués. Et c’était ça l’objet de la rencontre’’, a-t-elle laissé entendre.O rage, ô désespoir, tant d’espoir réduit à néant, pourrait-on dire, paraphrasant Pierre Corneille, célèbre poète français. En tout cas, ce sont les sentiments qui devaient animer le président Henri Konan Bédié au sortir de l’audience que lui a finalement accordée Laurent Gbagbo. En effet, que n’a-t-il pas dit avant ce rendez-vous ? D’ailleurs, il n’a pas hésité à envoyer son secrétaire exécutif en chef, Pr Maurice KacouGuikahué, en éclaireur auprès de l’ancien pensionnaire du pénitencier de Scheveningen.

De retour de la capitale belge, celui-ci avait laissé entendre que tout était prêt pour l’alliance PDCI-FPI. ‘’Le président Henri Konan Bédié nous a envoyés à Bruxelles. Je suis allé, j’ai salué Gbagbo. A partir d’aujourd’hui, il y a réconciliation entre le FPI et le PDCI. Le président Henri Konan Bédié est un grand homme, c’est un homme de sacrifice, de réconciliation. Il nous a dépêchés. J’ai eu l’honneur de diriger la délégation, on est parti à Bruxelles. Le président Gbagbo nous a reçus, on a parlé. Je puis vous dire, grâce au président Henri Konan Bédié, qu’à compter d’aujourd’hui, il n’y a plus palabre entre le FPI et le PDCI. Parce que, chaque fois que l’avenir de la Côte d’Ivoire est en jeu, le président Henri Konan Bédié s’est sacrifié, il a su s’humilier, c’est un homme de paix’’, a-t-il témoigné.

En tout état de cause, on peut dire que la rencontre Bédié-Gbagbo a démenti ses propos. ‘’Ce n’était pas l’objet de la rencontre’’, a recadré Me Habiba Touré. Ce qui, en creux, peut vouloir dire que Laurent Gbagbo qui, selon des sources proches du dossier, ne voulait pas recevoir Bédié, a dû subordonner cette visiter à certaines conditions, notamment que le Sphinx de Daoukro se garde de lui parler de sa plateforme. Ce qui a certainement douché l’enthousiasme du visiteur qui attendait beaucoup de cette rencontre qui, pour lui, préfigurait l’alliance entre le PDCI et le FPI. Las !

Bédié a dû ravaler ses espoirs et se plier au ‘’protocole’’, se contentant d’embrassades faussement chaleureuses. Mais, comment ne pas comprendre le Séplou national ? Si Bédié a oublié, comme le laisse subodorer sa curieuse et intéressée demande d’audience, Gbagbo, lui, n’a visiblement pas encore digéré les ‘’ violentes piques et philippiques’’ du président du PDCI qui n’avait pas de mots assez durs pour qualifier celui qu’il présentait alors comme un ‘’tyran’’, un ‘’dictateur’’ et un ‘’assassin’’ dont la ‘’capture’’, le 11 avril 2011 lui a procuré un ‘’grand soulagement’’ (il était alors encore reclus au Golf Hôtel, aux côtés de son ex-allié Alassane Ouattara, le président nouvellement élu).

Visiblement, Gbagbo n’a pas encore digéré les ‘’piques et philippiques’’ de Bédié

A la vérité, la rencontre Bédié-Gbagbo est une grosse farce dont le premier cité est le dindon. Il était allé parler de sa plateforme, il n’a eu droit qu’à des ‘’échanges de condoléances’’ avec l’amphitryon apparemment  encore remonté contre l’oublieux visiteur. Celui-là a sans doute reçu celui-ci par politesse. Pour lui éviter une humiliation qui aurait été ‘’monumentale’’. Car, en Afrique, il y a des choses qu’on ne fait pas, surtout pas à un homme âgé. Bédié aura donc fait chou blanc. Tout ça pour ça ! Et la plateforme dans tout ce cirque ? A l’évidence, elle peut attendre. Le temps que Laurent Gbagbo, désormais maître du jeu dans cette improbable alliance, décide de tourner la page.

 En attendant, Henri Konan Bédié a le temps d’apprécier la situation qui ne manque de piquant : quitter le RHDP, ‘’la maison du père’’, pour se jeter sous la tente du voisin avec qui on n’a pas toujours eu les meilleurs rapports. Cela dénote son manque de cohérence, mais surtout le caractère hasardeux de la rupture d’avec la coalition au pouvoir. Pour le coup, l’ancien chef d’Etat est dans une démarche masochiste que l’on a du mal à suivre : se jeter dans l’opposition à 85 ans ! Il fallait le faire ! Conséquence, il se voit contraint de parcourir des milliers de kilomètres et de faire le pied de grue pendant des semaines, comme une ‘’groupie’’, avant d’être reçu par celui qu’il présente déjà comme un allié mais qui n’en donne pas l’air. Dur, dur de se renier…

AMBROISE TIETIE

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*