Plateforme présumée de l’opposition en Côte d’Ivoire : quel projet alternatif ?  0

Ambroise Tiétié

Journaliste Professionnel

au Rassemblement.

Pour l’alliance des Houphouétistes, il y aura un avant et un après  08 août 2018. Puisque c’est ce jour qu’a choisi le président du PDCI, Aimé Henri Konan Bédié, pour rompre les amarres avec le RHDP. Dans la foulée, il a pris la décision de mettre en place une ‘’plateforme’’ pour faire pendant à la coalition au pouvoir avec qui il est désormais en concurrence dans la perspective de la présidentielle 2020.

Au terme de l’audience que lui a accordée, le mercredi 08 août 2018, son cadet et ex-allié Alassane Ouattara, le président Henri Konan a produit une déclaration d’une part, pour prendre acte de la mise en place du parti unifié et, d’autre part, pour en tirer les conséquences. Voici les lignes de force de cette déclaration aux allures de réquisitoire qui sonnait la fin du ‘’mariage’’ entre le RHDP et le PDCI-RDA. ‘’Vu toutes les irrégularités ci-dessus relevées qui ont eu à entacher  le processus de création de ce parti unifié RHDP, le PDCI-RDA :

-Prend acte de la création de ce parti unifié dénommé RHDP par certains de ses alliés de la coalition RHDP mise en place le 18 mai 2005, à Paris ;

-Prend acte également que les partis politiques fondateurs de ce parti unifié dénommé RHDP issu de l’Assemblée générale constitutive du 16 juillet 2018 ont pris la décision de mettre fin à leur appartenance au Groupement politique RHDP ;

-Dénonce l’Accord politique pour la création d’un parti unifié dénommé RHDP signé le 12 avril 2018 ;

-Se retire du processus de mise en place d’un parti unifié dénommé RHDP ;

-Se réserve le droit de promouvoir une plateforme de collaboration avec les Ivoiriens qui partagent sa vision d’une Côte d’Ivoire réconciliée et soucieuse des droits, des libertés et du bien-être de ses populations’’.

Et depuis, Henri Konan Bédié qui a rejoint l’opposition, avec armes et bagages, multiplie les déclarations et ne rate aucune occasion pour afficher sa détermination à faire rendre gorge à ses anciens alliés. Dernier exemple en date, alors que le RHDP battait le rappel du ban et de l’arrière-ban de ses militants et sympathisants pour la réussite de son 1er Congrès ordinaire, Bédié réunissait sa jeunesse à Daoukro le même jour. Une contre-manifestation qui fut pour lui l’occasion de tirer à boulets rouges sur Alassane Ouattara et ses hommes qu’il a traités, entre autres amabilités, de ‘’détourneurs de deniers publics’’ et  de ‘’fils adultérins’’ du président Houphouët-Boigny. Pour lui, la page RHDP tournée, il s’agit désormais de mettre en place une plateforme censée rassembler ‘’les Ivoiriens qui partagent sa vision d’une Côte d’Ivoire réconciliée et soucieuse des droits, des libertés et du bien-être de ses populations’’.

Bédié réunissait, le même jour, sa jeunesse à Daoukro, pour invectiver, comme à son habitude

Dans cette dynamique, il est bon de noter que les choses semblent bien engagées, puisqu’en septembre dernier, Pr Maurice KacouGuikahué, Secrétaire exécutif du PDCI-RDA, laissait entendre que les négociations avec le FPI étaient bien avancées, et afin que nul n’en ignore, il avait lancé cet appel : ‘’La plateforme est très bien avancée. Allez dire ça dans les villages. N’dri Narcisse est témoin, c’est avec lui que nous avons fait ça. On a eu 3 réunions avec le FPI. La première a été présidée, du côté du FPI, par Abou Darahamane Sangaré. La deuxième réunion a été dirigée par Mme Simone Ehivet Gbagbo. Nous étions encore chez eux, parce que j’ai estimé qu’il faut les mettre en confiance. On a organisé les choses. On a fait la troisième rencontre avec le haut niveau du FPI. Donc, ce qui est sûr, aujourd’hui, moi Guikahué, vous connaissez mon passé politique à Gagnoa. Mais tout ça, c’est effacé à partir du moment où j’ai été candidat aux Législatives 2016. On va entreprendre une tournée pour venir dire à nos parents, voici la nouvelle Côte d’Ivoire’’. Il tenait ce discours teinté d’autosatisfaction devant les militants de son parti à Oumé. Récemment encore, la presse faisait écho de l’imminence de la mise en place de la plateforme de Bédié. Le PDCI aurait pris attache avec une vingtaine de partis politiques, 21 exactement. On peut donc affirmer que l’ancien Chef d’Etat a presque réussi son pari. Sauf que Pr Mamadou Koulibaly, ancien président de l’Assemblée nationale et actuel maire d’Azaguié, a cru devoir recadrer Henri Konan Bédié dont il a dénoncé le manque de projet de société. ‘’La plateforme de Bédié, c’est un assemblage hétéroclite aux intentions troubles et revanchardes’’, a fustigé le ‘’père du franc flottant’’. Comment ne pas lui donner raison ? En effet, depuis qu’il a fait l’annonce de son projet, N’Zueba n’a jamais vraiment dit aux Ivoiriens ce qu’il comptait faire pour les réconcilier et améliorer leurs conditions de vie et de travail.

Au contraire, il semble s’être abonné aux invectives, injures, anathèmes et railleries. Passé maître en la matière, chacune de ses sorties est marquée par des saillies contre le RHDP qu’il  brocarde à l’envi. Comme si chez lui le ‘’mariage’’ avait cédé le pas à la haine. A force, on est fondé à s’inquiéter. Parce que la chute du pouvoir Ouattara ne peut être un programme de gouvernement. Or, chez Bédié tout semble se résumer à cette douteuse éventualité. C’est pourquoi, les propos de Mamadou Koulibaly sont éclairants et pertinents. En effet, la plateforme que projette de mettre en place le Sphinx de Daoukro a pour fondement les rancœurs, les ressentiments et les frustrations. Il n’y a qu’à voir ceux qui composent cette future alliance. AnakyKobenan, Charles Konan Banny, Bamba Moriféré, Maurice KacouGuikahué, sans oublier le maitre d’ouvrage, Henri Konan Bédié, apparemment engagé dans un combat personnel. Tous ou presque ont quitté le RHDP ou en ont été chassés. De sorte qu’ils sont animés par des sentiments de revanche ou de vengeance. Il en faut plus pour faire un projet de société.On n’attire pas les mouches avec du vinaigre, dit l’adage. Se pose alors, de manière  criante, la question de l’attractivité de cette plateforme constituée de personnes de la vieille garde et qui n’ont visiblement pas de projet alternatif si ce n’est que de demander ou de souhaiter le départ d’Alassane Ouattara présenté comme ‘’l’homme à abattre’’.C’est un peu court.

AMBROISE TIETIE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*