Élections locales 2018: les deux raisons objectives de la défaite du PDCI en Côte d’Ivoire.  0

Pourquoi le PDCI a perdu les élections locales d'Octobre 2018 en Côte d'Ivoire?
Cette défaite qui est loin de résuter d'une manipulation électorale, s'explique par deux raisons objectives.
1: Le PDCI a divisé le peuple ivoirien  et opéré des soustractions dans son électorat naturel en tenant le discours du séparatisme ethnique et de la guerre.
2: Le PDCI a cru que les liens ethniques, les liens primordiaux tribaux et communautaires, surclassaient le désir instinctif de sécurité et de paix civile de l'homme ordinaire, son besoin de satisfaire ses besoins existentiels primordiaux dans un espace de convivialité qui rassemble au lieu de diviser et de fracturer.

Ces deux raisons objectives qui expliquent la défaite électorale du PDCI,  tiennent à la nature de la démocratie qui est un régime du nombre et aux réactions existentielles de l'homme ordinaire qui compose la majorité de l'électorat dans une société démocratique. Le RHDP a gagné les élections locales parce que, contrairement au PDCI il a additionné et multipliée les voix, tenu le discours du rassemblement et de l'unité qui rassure l'homme ordinaire. Le RHDP a accordé son discours politique et électoral à la nature de l'électorat d'une démocratie pluraliste. Cf « Elections locales ivoiriennes 2018 : les raisons de la victoire du RHDP ». cedea.net, 16 Octobre 2018).

L'électorat de cette démocratie ne se réduit pas à la minorité des militants fanatisés d'un parti, durent-ils occuper les réseaux sociaux par une propagande et un activisme forcenés. Il existe toujours en démocratie une majorité silencieuse, un électorat caché non maîtrisable par les stratégies instrumentales d'appareils et qui fait toujours la différence dans une élection démocratique. Cette majorité silencieuse est constituée par l'homme ordinaire.

Dans ses choix politiques électoraux, cet homme ordinaire qui compose la majorité de l'électorat d'un pays démocratique  est guidé par le désir instinctif de sécurité et de paix civile. Il est guidé par ses besoins existentiels concrets qui transcendent les liens primordiaux de l'ethnie, surtout quand ceux qui en appellent à ces liens primordiaux, portent un discours de guerre et de l'insécurité.

Le discours de la guerre et de la haine, rebute l'homme ordinaire car l'homme ordinaire aime la sécurité, la paix civile et l'ordre public qui lui permettent tout simplement de conserver sa vie et ses biens.
L'autre raison majeure de la défaite du PDCI est qu' en démocratie pluraliste républicaine il faut additionner les voix par un discours et un programme politique rassembleur pour gagner la majorité du vote des électeurs qui proviennent de toutes les catégories sociales de la société globale et non pas d'un certain nombre d'ethnies et de catégories .
Le PDCI a perdu les élections locales d'Octobre 2018, tout simplement parce qu'il a tenu le langage de la division et du séparatisme ethnique dans une Côte d'Ivoire sociologiquement diversifiée et plurielle.
Le PDCI a soustrait et divisé au lieu d'additionner et de multiplier. Sa défaite est une évidence rationnelle de la démocratie pluraliste républicaine comme l'est la victoire du RHDP qui, au contraire du PDCI, a additionné et multiplié les voix, a tenu un discours rassembleur et mis en œuvre un programme politique de rassemblement soucieux de répondre aux besoins existentiels des peuples.
Le PDCI qui s'est distancié de ce programme au point d'en être à contester, par pur mauvais calcul électoraliste assez ridicule, l'augmentation circonstancielle du prix du carburant liée aux variations des cours de l'or noir sur le marché international, ne pouvait que perdre.
Le FPI avait aussi perdu la présidentielle en Décembre 2010 parce qu'il avait soustrait et divisé et tenu le discours du séparatisme ethnique et du nationalisme qui est toujours un discours de haine et de guerre.
Le discours de la guerre et de la haine, rebute l'homme ordinaire car l'homme ordinaire aime la sécurité, la paix civile et l'ordre public qui lui permettent tout simplement de conserver sa vie et ses biens.
Dans ses choix politiques électoraux, il est guidé par ce désir instinctif de sécurité et de paix civile, par ses besoins existentiels concrets qui transcendent les liens primordiaux, surtout quand ceux qui en appellent aux liens primordiaux portent un discours de guerre et d'insécurité.
Dans ses choix électoraux l'homme ordinaire n'est pas guidé par une idéologie abstraite et cohérente mais il est guidé par ses tripes et par son bon sens.
Le PDCI ethnonationaliste qui tient le discours de la guerre civile, de la chienlit et qui manque de surcroît de sincérité dans son ethno-nationalisme a perdu les élections locales d'Octobre 2018 dernier parce qu'il symbolise et incarne la division et désormais le séparatisme et la guerre aux yeux de l'ivoirien ordinaire.
Dénué du programme d'unification et de rassemblement du RHDP dont il s'est séparé et qu'il conteste désormais, le PDCI ethnonationaliste qui en appelle étrangement à des avocats étrangers pour contester le résultat des urnes ivoiriennes n'inspire plus confiance à l'homme ordinaire qui compose la majorité de l'électorat ivoirien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*